Le ministre a souligné par lettre au directeur du Bureau européen d'appui en matière d'asile (European Asylum Support Office, EASO), José Carreira, les récentes informations sur les problèmes rencontrés sur le sol grec dans les différents centres d'enregistrement. Il a demandé à l'EASO "un plan de crise clair et des procédures d'évacuation, afin d'offrir la sécurité nécessaire aux experts de l'EASO postés dans les hotspots et de pouvoir ainsi assurer leur sécurité à tout moment". Theo Francken veut également être tenu informé des incidents "en temps réel", "d'autant plus aux endroits où des experts belges sont actifs". Les six experts belges n'ont pas encore été confrontés à de graves problèmes mais l'endroit de travail de l'un d'entre eux a été temporairement évacué. Toutefois, personne n'a été rapatrié en Belgique, selon le cabinet Francken. Ces personnes sont employées par le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides, l'Office des étrangers et Fedasil. Theo Francken a entre-temps reçu une réponse de José Carreira qui lui a assuré que la sécurité du personnel était toujours la première préoccupation et a annoncé une série de mesures qui ont déjà été prises ou qui sont en passe de l'être. (Belga)

Le ministre a souligné par lettre au directeur du Bureau européen d'appui en matière d'asile (European Asylum Support Office, EASO), José Carreira, les récentes informations sur les problèmes rencontrés sur le sol grec dans les différents centres d'enregistrement. Il a demandé à l'EASO "un plan de crise clair et des procédures d'évacuation, afin d'offrir la sécurité nécessaire aux experts de l'EASO postés dans les hotspots et de pouvoir ainsi assurer leur sécurité à tout moment". Theo Francken veut également être tenu informé des incidents "en temps réel", "d'autant plus aux endroits où des experts belges sont actifs". Les six experts belges n'ont pas encore été confrontés à de graves problèmes mais l'endroit de travail de l'un d'entre eux a été temporairement évacué. Toutefois, personne n'a été rapatrié en Belgique, selon le cabinet Francken. Ces personnes sont employées par le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides, l'Office des étrangers et Fedasil. Theo Francken a entre-temps reçu une réponse de José Carreira qui lui a assuré que la sécurité du personnel était toujours la première préoccupation et a annoncé une série de mesures qui ont déjà été prises ou qui sont en passe de l'être. (Belga)