La question a été débattue par les 28 ministres des Finances lors du Conseil Ecofin vendredi, à la demande du grand argentier allemand, Wolfgang Schäuble. A ce stade seule la Commission européenne être prête à dégager un milliard d'euros du budget européen, les Etats membres devant se répartir le reste. Il y aurait encore "des détails à régler", a admis le commissaire Dombrovskis. Il a informé les grands argentiers des "dernières évolutions à ce sujet", et encouragé les Etats membres à mettre en oeuvre la suite de leur engagement, à savoir débloquer les 2 milliards euros encore manquant. La contribution belge avoisinerait les 58 millions d'euros. Les discussions entre Européens sur cette aide de trois milliards sont "au stade de finalisation de la décision", a pour sa part indiqué le ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem, qui présidait l'Ecofin dans le cadre de la présidence tournante de l'UE. "Nous devons progresser et régler les points en suspens", a-t-il précisé. L'Italie a notamment réitéré ses réserves. Le ministre italien des Finances, Pier Carlo Padoan, estime que l'aide devait être mieux définie. "Nous pensons que les ressources doivent être trouvées dans le budget européen, et qu'il doit y avoir une compréhension claire de comment les ressources sont utilisées", a-t-il expliqué. (Belga)

La question a été débattue par les 28 ministres des Finances lors du Conseil Ecofin vendredi, à la demande du grand argentier allemand, Wolfgang Schäuble. A ce stade seule la Commission européenne être prête à dégager un milliard d'euros du budget européen, les Etats membres devant se répartir le reste. Il y aurait encore "des détails à régler", a admis le commissaire Dombrovskis. Il a informé les grands argentiers des "dernières évolutions à ce sujet", et encouragé les Etats membres à mettre en oeuvre la suite de leur engagement, à savoir débloquer les 2 milliards euros encore manquant. La contribution belge avoisinerait les 58 millions d'euros. Les discussions entre Européens sur cette aide de trois milliards sont "au stade de finalisation de la décision", a pour sa part indiqué le ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem, qui présidait l'Ecofin dans le cadre de la présidence tournante de l'UE. "Nous devons progresser et régler les points en suspens", a-t-il précisé. L'Italie a notamment réitéré ses réserves. Le ministre italien des Finances, Pier Carlo Padoan, estime que l'aide devait être mieux définie. "Nous pensons que les ressources doivent être trouvées dans le budget européen, et qu'il doit y avoir une compréhension claire de comment les ressources sont utilisées", a-t-il expliqué. (Belga)