Depuis la seconde moitié de 2015, les parkings de Drongen, Jabbeke et Mannekensvere font l'objet d'une surveillance par des firmes privées. A l'origine de cette décision, il y avait la pression croissante que constitue l'immigration de transit, c'est-à-dire les réfugiés tentant de monter dans un camion sur ces aires d'autoroute en espérant gagner ainsi l'Angleterre. La mesure courait jusqu'au 31 décembre et n'a pas été prolongée. On espérait aboutir à une solution structurelle pour 2017 mais ce n'est pas le cas. Selon le gouverneur Decaluwé, une solution aurait été de partager ces aires entre parking de courte et de longue durée. Ces derniers auraient alors fait l'objet d'une surveillance supplémentaire. L'idée n'a cependant pas pu être concrétisée. "Nous ne pouvons pas nier que le nombre de migrants en transit a considérablement diminué depuis le démantèlement de la jungle de Calais. Il est donc logique de réduire la voilure. Nous continuons néanmoins à suivre la situation de près", ajoute le gouverneur. Le camp de Dunkerque devrait lui être démantelé en mars, ce qui pourrait faire grimper la pression en Flandre occidentale. "Nous devrons bien surveiller l'évolution de la situation. Je vais en avertir la police fédérale et les zones de police locale." (Belga)

Depuis la seconde moitié de 2015, les parkings de Drongen, Jabbeke et Mannekensvere font l'objet d'une surveillance par des firmes privées. A l'origine de cette décision, il y avait la pression croissante que constitue l'immigration de transit, c'est-à-dire les réfugiés tentant de monter dans un camion sur ces aires d'autoroute en espérant gagner ainsi l'Angleterre. La mesure courait jusqu'au 31 décembre et n'a pas été prolongée. On espérait aboutir à une solution structurelle pour 2017 mais ce n'est pas le cas. Selon le gouverneur Decaluwé, une solution aurait été de partager ces aires entre parking de courte et de longue durée. Ces derniers auraient alors fait l'objet d'une surveillance supplémentaire. L'idée n'a cependant pas pu être concrétisée. "Nous ne pouvons pas nier que le nombre de migrants en transit a considérablement diminué depuis le démantèlement de la jungle de Calais. Il est donc logique de réduire la voilure. Nous continuons néanmoins à suivre la situation de près", ajoute le gouverneur. Le camp de Dunkerque devrait lui être démantelé en mars, ce qui pourrait faire grimper la pression en Flandre occidentale. "Nous devrons bien surveiller l'évolution de la situation. Je vais en avertir la police fédérale et les zones de police locale." (Belga)