"Les représentants des principaux acteurs politiques au Venezuela ont décidé de retourner à Oslo la semaine prochaine pour poursuivre le processus [de médiation, ndlr] mené par la Norvège", a déclaré samedi soir dans un communiqué le ministère norvégien des Affaires étrangères. "Nous réaffirmons notre engagement à continuer à soutenir la recherche d'une solution négociée entre les parties au Venezuela", a ajouté le ministère. La Norvège "salue les parties pour leurs efforts et apprécie leur disposition" à chercher une sortie de crise, a commenté la cheffe de la diplomatie norvégienne, Ine Eriksen Søreide, citée dans le communiqué. Tandis que le Venezuela est confronté à la pire crise socio-économique de son histoire récente, le gouvernement de Nicolas Maduro et l'opposition regroupée derrière Juan Guaido ont accepté une médiation de la Norvège et des délégués se sont retrouvés au moins à une occasion à Oslo en mai. Mais Juan Guaido nie qu'il s'agisse de négociations ou que les délégués des deux camps se soient vus en tête-à-tête, de crainte de diviser ses troupes hostiles à tout dialogue avec le gouvernement. La Norvège ne parle pas non plus de dialogue, ni de négociations, et ne donne aucun détail sur ce qu'elle qualifie de "contacts préliminaires". Pour Juan Guaido et ses partisans, Nicolas Maduro est un "dictateur", un "usurpateur" qui se maintient au pouvoir à la faveur de l'élection présidentielle "frauduleuse" de l'an dernier. A l'inverse, le président socialiste qualifie volontiers ses adversaires de l'opposition de "putschistes", soutenus par l'"Empire nord-américain" qu'il exècre. Pays hôte du prix Nobel de la paix et où ont été négociés les accords israélo-palestiniens d'Oslo, la Norvège a une longue tradition de "facilitateur" dans les processus de paix, notamment dans celui, réussi, entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) en 2016. (Belga)

"Les représentants des principaux acteurs politiques au Venezuela ont décidé de retourner à Oslo la semaine prochaine pour poursuivre le processus [de médiation, ndlr] mené par la Norvège", a déclaré samedi soir dans un communiqué le ministère norvégien des Affaires étrangères. "Nous réaffirmons notre engagement à continuer à soutenir la recherche d'une solution négociée entre les parties au Venezuela", a ajouté le ministère. La Norvège "salue les parties pour leurs efforts et apprécie leur disposition" à chercher une sortie de crise, a commenté la cheffe de la diplomatie norvégienne, Ine Eriksen Søreide, citée dans le communiqué. Tandis que le Venezuela est confronté à la pire crise socio-économique de son histoire récente, le gouvernement de Nicolas Maduro et l'opposition regroupée derrière Juan Guaido ont accepté une médiation de la Norvège et des délégués se sont retrouvés au moins à une occasion à Oslo en mai. Mais Juan Guaido nie qu'il s'agisse de négociations ou que les délégués des deux camps se soient vus en tête-à-tête, de crainte de diviser ses troupes hostiles à tout dialogue avec le gouvernement. La Norvège ne parle pas non plus de dialogue, ni de négociations, et ne donne aucun détail sur ce qu'elle qualifie de "contacts préliminaires". Pour Juan Guaido et ses partisans, Nicolas Maduro est un "dictateur", un "usurpateur" qui se maintient au pouvoir à la faveur de l'élection présidentielle "frauduleuse" de l'an dernier. A l'inverse, le président socialiste qualifie volontiers ses adversaires de l'opposition de "putschistes", soutenus par l'"Empire nord-américain" qu'il exècre. Pays hôte du prix Nobel de la paix et où ont été négociés les accords israélo-palestiniens d'Oslo, la Norvège a une longue tradition de "facilitateur" dans les processus de paix, notamment dans celui, réussi, entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) en 2016. (Belga)