Au cours des pourparlers engagés vendredi s'est manifestée "la ferme volonté" de trouver une solution à la grave crise politique et économique qui secoue le pays pétrolier, précise le texte. Les délégués de la Table pour l'unité démocratique (MUD), une vaste coalition d'opposition, demandent l'ouverture d'un "couloir humanitaire" afin d'importer aliments et médicaments, frappés d'une sévère pénurie, ainsi que des "conditions équitables" pour l'élection présidentielle de 2018. Le gouvernement du président Maduro exige pour sa part que les dirigeants de l'opposition intercèdent auprès des Etats-Unis pour qu'ils mettent fin aux sanctions qui interdisent à leurs citoyens et banques de négocier tout accord avec Caracas ou le groupe pétrolier d'Etat PDVSA, afin de dénoncer la radicalisation du gouvernement socialiste. Les ministres des Affaires étrangères du Mexique, du Chili, de Bolivie, du Nicaragua et de Saint-Vincent-et-les-Grenadines ont accompagné ce cycle de dialogue qui a repris alors que le président Maduro tente de renégocier la dette extérieure du pays, estimée autour de 150 milliards de dollars. (Belga)

Au cours des pourparlers engagés vendredi s'est manifestée "la ferme volonté" de trouver une solution à la grave crise politique et économique qui secoue le pays pétrolier, précise le texte. Les délégués de la Table pour l'unité démocratique (MUD), une vaste coalition d'opposition, demandent l'ouverture d'un "couloir humanitaire" afin d'importer aliments et médicaments, frappés d'une sévère pénurie, ainsi que des "conditions équitables" pour l'élection présidentielle de 2018. Le gouvernement du président Maduro exige pour sa part que les dirigeants de l'opposition intercèdent auprès des Etats-Unis pour qu'ils mettent fin aux sanctions qui interdisent à leurs citoyens et banques de négocier tout accord avec Caracas ou le groupe pétrolier d'Etat PDVSA, afin de dénoncer la radicalisation du gouvernement socialiste. Les ministres des Affaires étrangères du Mexique, du Chili, de Bolivie, du Nicaragua et de Saint-Vincent-et-les-Grenadines ont accompagné ce cycle de dialogue qui a repris alors que le président Maduro tente de renégocier la dette extérieure du pays, estimée autour de 150 milliards de dollars. (Belga)