"Sept gardiens ont été séquestrés par des détenus au Centre pénitentiaire de Occidente dans l'Etat de Tachira", a précisé cette ONG, qui se consacre à la défense des droits des prisonniers. Des proches ont accouru, anxieux, autour de la prison située à proximité de la ville de San Cristobal, la capitale de l'Etat de Tachira, frontalier de la Colombie, a constaté une équipe de l'AFP sur place. "J'ai parlé hier avec mon fils et il m'a dit qu'il avait faim. Car depuis un certains temps, ils doivent jeter la plupart du temps la nourriture qu'ils leur donnent et ils ne peuvent la manger", raconte Elvira Sarmiento, 63 ans. "Plusieurs cas de malnutrition, d'hépatite, de tuberculose et de gale, entre autres maladies" ont été constatés dans le centre pénitentiaire, toujours selon l'ONG. Selon elle, 134 décès ont été enregistrés en 2019 dans les prisons vénézuéliennes pour cause de tuberculose et neuf autres pour des cas liés à la malnutrition. (Belga)