Leur "immunité parlementaire a été levée", a lancé le président de la Constituante Diosdado Cabello à l'issue d'un vote à main levée. Edgar Zambrano, Henry Ramos Allup, Luis Florido, Marianela Magallanes, Simon Calzadilla, Amerigo De Grazia et Richard Blanco sont notamment accusés de "haute trahison" et de "conspiration" pour leur soutien au soulèvement raté du 30 avril. "Et maintenant?", a demandé de façon rhétorique Diosdado Cabello, fidèle d'entre les fidèles du président vénézuélien, à l'issue du vote. "Il va y avoir des poursuites. Nous faisons ce qu'il faut faire", a-t-il lancé, tout en annonçant que trois autres députés subiraient le même sort prochainement. Un peu plus tôt mardi, la Cour suprême, que l'opposition accuse d'être pieds et poings liés au pouvoir chaviste, avait ordonné que des poursuites pénales soient lancées à l'encontre de six d'entre d'eux. La décision de la plus haute instance judiciaire du pays avait ensuite été transmise au parquet général pour instruction, ainsi qu'à la Constituante pour qu'elle examine la levée de leur immunité parlementaire, ce qu'elle a donc fait en début de soirée. Selon Diosdado Cabello, les députés incriminés ont "participé activement" au soulèvement contre Nicolas Maduro auquel avait appelé le chef de l'opposition Juan Guaido aux aurores le 30 avril, aux côtés d'un groupes de soldats entrés en rébellion et d'un autre opposant, Leopoldo Lopez. L'initiative s'était finalement dégonflée au bout de quelques heures et dans la soirée Nicolas Maduro avait annoncé qu'une "escarmouche putschiste" avait été déjouée, promettant dans la foulée de punir les "traîtres". (Belga)