L'appareil s'est posé sur l'aéroport de Maiquetia, près de Caracas, avec une cargaison de matériel médical et chirurgical destiné aux hôpitaux publics vénézuéliens, a précisé le gouvernement. Ces fournitures doivent remédier en partie à la sévère pénurie qui règne dans ce domaine au Venezuela, frappé par la pire crise économique de son histoire récente. Un premier avion chinois était arrivé le 29 mars avec 65 tonnes d'aide humanitaire et un deuxième lundi dernier avec 71 tonnes. Un quatrième vol est prévu pour dans deux semaines. Le président vénézuélien Nicolas Maduro a approuvé en avril l'entrée d'aide humanitaire dans son pays, dans le cadre d'un accord avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). La question de l'aide est l'un des enjeux de l'affrontement entre M. Maduro et l'opposant Juan Guaido, chef du Parlement vénézuélien qui s'est proclamé en janvier président par intérim du Venezuela et est reconnu comme tel par quelque 50 pays sur 193, dont les Etats-Unis. En février, M. Guaido a tenté en vain de faire entrer au Venezuela de l'aide provenant des Etats-Unis. M. Maduro a refusé cette opération en considérant qu'elle était un prétexte pour préparer une intervention militaire étrangère qui serait destinée à le renverser. La première aide de la Croix-Rouge est arrivée le 16 avril et était de 24 tonnes. La Russie, qui soutient activement sur le plan diplomatique le gouvernement du président Maduro, notamment au Conseil de sécurité de l'ONU, envoie elle aussi de l'aide humanitaire au Venezuela. Elle a commencé en mars à expédier du blé et des médicaments dans ce pays allié de Moscou. (Belga)