Selon David Weytsman, le MR s'est abstenu non en raison de l'orientation générale du budget du Centre Public d'Action Sociale (CPAS) qui s'inscrit dans la continuité de celui de l'année dernière, lorsque les libéraux faisaient partie de la majorité, mais par la hausse des frais de fonctionnement. A l'issue des votes, cette analyse a été contestée par la présidente du CPAS Karine Lalieux qui soutient que ceux-ci sont, au contraire en diminution d'1,3 million d'euros.

Le cdH s'est quant à lui inquiété de la diminution du nombre d'emplois "article 60" envisagés (1.300 prévus initialement l'an dernier; 1.100 envisagés dans la programmation budgétaire pour 2019). La présidente du CPAS a précisé que cette baisse prévisible était liée au nombre total de bénéficiaires d'emplois d'articles 60 finalement atteint l'an dernier (1.030) et à la demande, tant des coaches que des employeurs, d'un approfondissement des formations initiales.

Avant d'entamer plus tard dans la soirée le débat sur le projet de budget de la commune centrale de la Région-capitale, les conseillers communaux ont par ailleurs donné leur feu vert au projet de budget, à l'équilibre, de la Régie foncière. Cet opérateur public est chargé de développer le patrimoine immobilier de la Ville. Il gère près de 3600 logements moyens à des prix abordables et maîtrisés - au minimum 15% moins élevés que sur le marché locatif privé -, établis exclusivement sur base des investissements. Dans le cadre du plan logement 2012-2018, cette Régie a bâti 544 logements, tout en maintenant l'équilibre financier. Selon l'échevin du Logement Mohamed Ouriaghli (PS), la Régie compte bien continuer sur cette lancée, l'accord de majorité prévoyant la construction de 750 nouveaux logements en collaboration avec le CPAS, dans le cadre du nouveau Plan Logement 2018-2024 qui sera présenté d'ici l'été prochain.

Toujours d'après M. Ouriaghli, au-delà des nombreux travaux de rénovation, quatre-vingts nouveaux logements seront réceptionnés en 2019. Les investissements globaux pour la seule année en cours seront de 48,6 millions d'euros.

Selon David Weytsman, le MR s'est abstenu non en raison de l'orientation générale du budget du Centre Public d'Action Sociale (CPAS) qui s'inscrit dans la continuité de celui de l'année dernière, lorsque les libéraux faisaient partie de la majorité, mais par la hausse des frais de fonctionnement. A l'issue des votes, cette analyse a été contestée par la présidente du CPAS Karine Lalieux qui soutient que ceux-ci sont, au contraire en diminution d'1,3 million d'euros. Le cdH s'est quant à lui inquiété de la diminution du nombre d'emplois "article 60" envisagés (1.300 prévus initialement l'an dernier; 1.100 envisagés dans la programmation budgétaire pour 2019). La présidente du CPAS a précisé que cette baisse prévisible était liée au nombre total de bénéficiaires d'emplois d'articles 60 finalement atteint l'an dernier (1.030) et à la demande, tant des coaches que des employeurs, d'un approfondissement des formations initiales. Avant d'entamer plus tard dans la soirée le débat sur le projet de budget de la commune centrale de la Région-capitale, les conseillers communaux ont par ailleurs donné leur feu vert au projet de budget, à l'équilibre, de la Régie foncière. Cet opérateur public est chargé de développer le patrimoine immobilier de la Ville. Il gère près de 3600 logements moyens à des prix abordables et maîtrisés - au minimum 15% moins élevés que sur le marché locatif privé -, établis exclusivement sur base des investissements. Dans le cadre du plan logement 2012-2018, cette Régie a bâti 544 logements, tout en maintenant l'équilibre financier. Selon l'échevin du Logement Mohamed Ouriaghli (PS), la Régie compte bien continuer sur cette lancée, l'accord de majorité prévoyant la construction de 750 nouveaux logements en collaboration avec le CPAS, dans le cadre du nouveau Plan Logement 2018-2024 qui sera présenté d'ici l'été prochain. Toujours d'après M. Ouriaghli, au-delà des nombreux travaux de rénovation, quatre-vingts nouveaux logements seront réceptionnés en 2019. Les investissements globaux pour la seule année en cours seront de 48,6 millions d'euros.