Ce foyer dans la province du Yunnan (sud-ouest) est le plus gros cas de contagion dont font état les autorités en Chine depuis près de deux mois. La ville de 210.000 habitants a également signalé trois cas de contamination asymptomatiques chez des ressortissants birmans, selon les autorités sanitaires provinciales. Les frontières chinoises sont fermées depuis un an. Ruili était avant les restrictions liées à l'épidémie un point de passage important avec la ville de Muse, de l'autre côté de la frontière. Les autorités ont averti qu'elles "réprimeraient sévèrement les passages clandestins de la frontière" ainsi que les réseaux de passeurs et les personnes qui hébergent des clandestins. Elles n'ont toutefois pas lié spécifiquement les cas de Covid à d'éventuels transfuges birmans. Le coup d'État militaire du 1er février en Birmanie fait craindre une fuite massive de la population à l'étranger au cas où les violences devraient s'intensifier. La mise en quarantaine de la ville a été proclamée pour une semaine. Les habitants n'ont pas le droit de quitter leur logement sans "raison spécifique" et seule une personne dans chaque foyer peut se charger du ravitaillement, sur permission. La Chine, où le Covid-19 a fait son apparition fin 2019, a pratiquement éradiqué l'épidémie dès le printemps 2020. Le bilan officiel dans le pays fait état d'un peu plus de 90.000 cas de contamination et de 4.636 morts. (Belga)

Ce foyer dans la province du Yunnan (sud-ouest) est le plus gros cas de contagion dont font état les autorités en Chine depuis près de deux mois. La ville de 210.000 habitants a également signalé trois cas de contamination asymptomatiques chez des ressortissants birmans, selon les autorités sanitaires provinciales. Les frontières chinoises sont fermées depuis un an. Ruili était avant les restrictions liées à l'épidémie un point de passage important avec la ville de Muse, de l'autre côté de la frontière. Les autorités ont averti qu'elles "réprimeraient sévèrement les passages clandestins de la frontière" ainsi que les réseaux de passeurs et les personnes qui hébergent des clandestins. Elles n'ont toutefois pas lié spécifiquement les cas de Covid à d'éventuels transfuges birmans. Le coup d'État militaire du 1er février en Birmanie fait craindre une fuite massive de la population à l'étranger au cas où les violences devraient s'intensifier. La mise en quarantaine de la ville a été proclamée pour une semaine. Les habitants n'ont pas le droit de quitter leur logement sans "raison spécifique" et seule une personne dans chaque foyer peut se charger du ravitaillement, sur permission. La Chine, où le Covid-19 a fait son apparition fin 2019, a pratiquement éradiqué l'épidémie dès le printemps 2020. Le bilan officiel dans le pays fait état d'un peu plus de 90.000 cas de contamination et de 4.636 morts. (Belga)