Actuellement, c'est toujours au tour des groupes prioritaires (résidents et personnel des maisons de repos ainsi que le personnel soignant). Viendront ensuite les plus de 65 ans, suivis des personnes souffrant de comorbidités et des personnes travaillant dans des fonctions dites "essentielles". Comme le vaccin AstraZeneca est déconseillé aux personnes de plus de 55 ans, il se peut toutefois que la campagne de vaccination subisse quelques changements.

Quoi qu'il en soit, Wouter Beke dévoile la liste de comorbidités prioritaires pour la vaccination. Les 18-64 ans souffrant d'une maladie chronique des reins ou du foie ainsi que ceux atteints du syndrome de Down seront vaccinés prioritairement, tout comme les malades du sida et les patients en attente d'une greffe. Les patients atteints de leucémie, d'un système immunitaire affaibli ou d'une maladie orpheline seront également vaccinés en priorité.

S'y ajouteront, dans le groupe de 45-64 ans, les personnes atteintes d'une maladie respiratoire chronique, celles souffrant d'obésité (BMI supérieur à 30), les diabétiques de type 1 et 2, les personnes atteintes de démence et celles ayant une tension artérielle trop élevée. Les patients atteints d'une tumeur cancéreuse maligne se verront également vacciner en priorité.

Les mutuelles disposent des données nécessaires pour déterminer qui sont ces personnes, a encore expliqué Wouter Beke. Ce groupe sera vacciné après les plus de 65 ans, sans doute en mars et avril, a-t-il conclu.

Actuellement, c'est toujours au tour des groupes prioritaires (résidents et personnel des maisons de repos ainsi que le personnel soignant). Viendront ensuite les plus de 65 ans, suivis des personnes souffrant de comorbidités et des personnes travaillant dans des fonctions dites "essentielles". Comme le vaccin AstraZeneca est déconseillé aux personnes de plus de 55 ans, il se peut toutefois que la campagne de vaccination subisse quelques changements.Quoi qu'il en soit, Wouter Beke dévoile la liste de comorbidités prioritaires pour la vaccination. Les 18-64 ans souffrant d'une maladie chronique des reins ou du foie ainsi que ceux atteints du syndrome de Down seront vaccinés prioritairement, tout comme les malades du sida et les patients en attente d'une greffe. Les patients atteints de leucémie, d'un système immunitaire affaibli ou d'une maladie orpheline seront également vaccinés en priorité.S'y ajouteront, dans le groupe de 45-64 ans, les personnes atteintes d'une maladie respiratoire chronique, celles souffrant d'obésité (BMI supérieur à 30), les diabétiques de type 1 et 2, les personnes atteintes de démence et celles ayant une tension artérielle trop élevée. Les patients atteints d'une tumeur cancéreuse maligne se verront également vacciner en priorité.Les mutuelles disposent des données nécessaires pour déterminer qui sont ces personnes, a encore expliqué Wouter Beke. Ce groupe sera vacciné après les plus de 65 ans, sans doute en mars et avril, a-t-il conclu.