Adopté par la quasi majorité des partis siégeant au Parlement, ce plan, annoncé mardi soir, prévoit quatre étapes entre le 21 avril et la fin juin, avec la levée progressive de la quarantaine obligatoire selon la destination. Un test négatif reste toutefois un préalable à toute entrée dans le pays. Il dépend en partie des progrès de la campagne de vaccination, ralentie actuellement par la suspension du vaccin d'AstraZeneca, et de la mise en place du passeport sanitaire européen, prévue autour du 26 juin. "L'introduction des passeports corona dans l'UE permettra d'organiser des vacances d'été en Europe et de recevoir des touristes estivaux au Danemark, à condition que vous puissiez présenter des documents attestant que vous êtes soit testé négatif, soit vacciné ou soit déjà été malade", a précisé l'accord. Après un semi-confinement entre Noël et début mars, le Danemark, où la circulation du virus est désormais modérée, rouvre progressivement à la faveur du déploiement d'un "coronapas" national. Disponible via une application sécurisée ainsi qu'en format papier, il permet pour l'heure de rentrer dans certains petits commerces - coiffeurs, salon de beauté ou encore auto-écoles - en prouvant que le porteur est soit entièrement vacciné, soit qu'il a déjà contracté le Covid-19 avec un test positif de deux à douze semaines, soit qu'il a effectué un test négatif depuis moins de 72 heures. En marge de cette réouverture, qui doit bientôt permettre aux Danois de retrouver terrasses, cinéma et musées, les voyages à l'étranger redeviennent envisageables. A partir du 21 avril, les Danois qui possèdent une résidence secondaire dans un autre pays nordique pourront s'y rendre sans être contraints à la quarantaine à leur retour. Cette règle s'appliquera partiellement aux pays de l'espace Schengen où l'épidémie est sous contrôle (20 à 30 cas pour 100.000 habitants), permettant d'abord aux vaccinés de ces pays, puis à l'ensemble de la population, de se rendre au Danemark. Les voyages dans les zones "rouges" resteront déconseillés et soumis à l'obligation de quarantaine. (Belga)

Adopté par la quasi majorité des partis siégeant au Parlement, ce plan, annoncé mardi soir, prévoit quatre étapes entre le 21 avril et la fin juin, avec la levée progressive de la quarantaine obligatoire selon la destination. Un test négatif reste toutefois un préalable à toute entrée dans le pays. Il dépend en partie des progrès de la campagne de vaccination, ralentie actuellement par la suspension du vaccin d'AstraZeneca, et de la mise en place du passeport sanitaire européen, prévue autour du 26 juin. "L'introduction des passeports corona dans l'UE permettra d'organiser des vacances d'été en Europe et de recevoir des touristes estivaux au Danemark, à condition que vous puissiez présenter des documents attestant que vous êtes soit testé négatif, soit vacciné ou soit déjà été malade", a précisé l'accord. Après un semi-confinement entre Noël et début mars, le Danemark, où la circulation du virus est désormais modérée, rouvre progressivement à la faveur du déploiement d'un "coronapas" national. Disponible via une application sécurisée ainsi qu'en format papier, il permet pour l'heure de rentrer dans certains petits commerces - coiffeurs, salon de beauté ou encore auto-écoles - en prouvant que le porteur est soit entièrement vacciné, soit qu'il a déjà contracté le Covid-19 avec un test positif de deux à douze semaines, soit qu'il a effectué un test négatif depuis moins de 72 heures. En marge de cette réouverture, qui doit bientôt permettre aux Danois de retrouver terrasses, cinéma et musées, les voyages à l'étranger redeviennent envisageables. A partir du 21 avril, les Danois qui possèdent une résidence secondaire dans un autre pays nordique pourront s'y rendre sans être contraints à la quarantaine à leur retour. Cette règle s'appliquera partiellement aux pays de l'espace Schengen où l'épidémie est sous contrôle (20 à 30 cas pour 100.000 habitants), permettant d'abord aux vaccinés de ces pays, puis à l'ensemble de la population, de se rendre au Danemark. Les voyages dans les zones "rouges" resteront déconseillés et soumis à l'obligation de quarantaine. (Belga)