Les affrontements ont débuté tôt samedi après l'arrestation par la junte du leader d'une communauté locale et sa violente agression physique devant plusieurs villageois, a indiqué une habitante à dpa. Les villageois ont alors attaqué les soldats à l'aide de matériel de chasse et de pêche. Au moins 150 soldats armés ont répondu par la force, en tirant sur les villageois. La Birmanie est en proie à des troubles depuis que les militaires ont orchestré un coup d'État et évincé et assigné à résidence la dirigeante Aung San Suu Kyi début février, déclenchant un soulèvement de masse. Malgré la répression dans le sang de toute tentative d'opposition par la junte militaire, les manifestants birmans poursuivent leur lutte quotidiennement. Plus de 845 personnes ont été tuées depuis le putsch du 1er février et plus de 5.000 ont été détenues, dont au moins 80 journalistes d'après l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP). (Belga)

Les affrontements ont débuté tôt samedi après l'arrestation par la junte du leader d'une communauté locale et sa violente agression physique devant plusieurs villageois, a indiqué une habitante à dpa. Les villageois ont alors attaqué les soldats à l'aide de matériel de chasse et de pêche. Au moins 150 soldats armés ont répondu par la force, en tirant sur les villageois. La Birmanie est en proie à des troubles depuis que les militaires ont orchestré un coup d'État et évincé et assigné à résidence la dirigeante Aung San Suu Kyi début février, déclenchant un soulèvement de masse. Malgré la répression dans le sang de toute tentative d'opposition par la junte militaire, les manifestants birmans poursuivent leur lutte quotidiennement. Plus de 845 personnes ont été tuées depuis le putsch du 1er février et plus de 5.000 ont été détenues, dont au moins 80 journalistes d'après l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP). (Belga)