Pays le plus touché par la pandémie au Proche et au Moyen-Orient, l'Iran connaît une forte hausse des infections depuis juin, les autorités évoquant une "cinquième vague" causée par le variant Delta. Le Comité de lutte contre la maladie a décidé samedi la fermeture des bureaux gouvernementaux, des banques et des commerces non essentiels dans tout le pays à partir de lundi et jusqu'au samedi 21 août inclus, a affirmé son porte-parole, Aliréza Raïssi, à l'agence officielle IRNA. La circulation en voiture entre les provinces est également interdite entre dimanche midi (09H30 HB) et le 27 août, a-t-il ajouté. Le pays, qui n'a jamais totalement confiné sa population, avait déjà mis en place des mesures similaires fin juillet mais seulement pour les provinces de Téhéran et d'Alborz. Les nouvelles restrictions interviennent tandis que les cérémonies chiites de l'Achoura ont lieu dans la semaine, avec deux jours fériés mercredi et jeudi. Les commémorations en plein air pourront avoir lieu, a souligné M. Raïssi. Au total, l'Iran a officiellement enregistré plus de 4,38 millions d'infections dont plus de 97.000 décès, des bilans largement sous estimés de l'aveu même des autorités. Pris à la gorge financièrement par les sanctions américaines rétablies à son encontre depuis 2018, l'Iran dit peiner à importer des vaccins pour ses quelque 83 millions d'administrés. Plus de 14,7 millions de personnes ont reçu une première dose, mais 3,8 millions seulement en ont reçu deux, selon le ministère de la Santé. Il s'agit principalement des vaccins Spoutnik V, Sinopharm, Covaxin et AstraZeneca. Les autorités ont aussi approuvé l'utilisation d'urgence de deux vaccins de production locale, notamment le COViran Barekat, disponible en quantité restreinte. Le président iranien Ebrahim Raïssi a affirmé samedi que le pays avait besoin de 60 millions de doses de vaccins "pour contrôler la situation" sanitaire, selon le site internet du gouvernement. Il a ajouté lors d'une réunion du Comité de lutte contre la maladie que l'importation de 30 millions de doses avait été décidée et que celles-ci seraient disponibles "sous peu". En janvier, le guide suprême iranien avait interdit l'importation de vaccins anticovid fabriqués aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, estimant que ceux-ci n'étaient pas "dignes de confiance". (Belga)

Pays le plus touché par la pandémie au Proche et au Moyen-Orient, l'Iran connaît une forte hausse des infections depuis juin, les autorités évoquant une "cinquième vague" causée par le variant Delta. Le Comité de lutte contre la maladie a décidé samedi la fermeture des bureaux gouvernementaux, des banques et des commerces non essentiels dans tout le pays à partir de lundi et jusqu'au samedi 21 août inclus, a affirmé son porte-parole, Aliréza Raïssi, à l'agence officielle IRNA. La circulation en voiture entre les provinces est également interdite entre dimanche midi (09H30 HB) et le 27 août, a-t-il ajouté. Le pays, qui n'a jamais totalement confiné sa population, avait déjà mis en place des mesures similaires fin juillet mais seulement pour les provinces de Téhéran et d'Alborz. Les nouvelles restrictions interviennent tandis que les cérémonies chiites de l'Achoura ont lieu dans la semaine, avec deux jours fériés mercredi et jeudi. Les commémorations en plein air pourront avoir lieu, a souligné M. Raïssi. Au total, l'Iran a officiellement enregistré plus de 4,38 millions d'infections dont plus de 97.000 décès, des bilans largement sous estimés de l'aveu même des autorités. Pris à la gorge financièrement par les sanctions américaines rétablies à son encontre depuis 2018, l'Iran dit peiner à importer des vaccins pour ses quelque 83 millions d'administrés. Plus de 14,7 millions de personnes ont reçu une première dose, mais 3,8 millions seulement en ont reçu deux, selon le ministère de la Santé. Il s'agit principalement des vaccins Spoutnik V, Sinopharm, Covaxin et AstraZeneca. Les autorités ont aussi approuvé l'utilisation d'urgence de deux vaccins de production locale, notamment le COViran Barekat, disponible en quantité restreinte. Le président iranien Ebrahim Raïssi a affirmé samedi que le pays avait besoin de 60 millions de doses de vaccins "pour contrôler la situation" sanitaire, selon le site internet du gouvernement. Il a ajouté lors d'une réunion du Comité de lutte contre la maladie que l'importation de 30 millions de doses avait été décidée et que celles-ci seraient disponibles "sous peu". En janvier, le guide suprême iranien avait interdit l'importation de vaccins anticovid fabriqués aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, estimant que ceux-ci n'étaient pas "dignes de confiance". (Belga)