L'arrivée sur le sol américain sera interdite aux personnes venant d'Afrique du Sud, du Botswana, du Zimbabwe, de Namibie, du Lesotho, d'Eswatini, du Mozambique et du Malawi, a précisé un haut responsable américain. Seuls les ressortissants américains et les résidents permanents aux Etats-Unis seront autorisés à entrer dans le pays, a-t-il ajouté. Il s'agit d'une "mesure de précaution en attendant d'avoir davantage d'informations" au sujet du "variant Omicron, qui se propage à travers l'Afrique australe", a déclaré Joe Biden dans un communiqué. Cette décision, dans la foulée de mesures similaires annoncées notamment par des pays européens, intervient alors que le président américain Joe Biden venait tout juste de rouvrir début novembre les frontières aux voyageurs du monde entier, à condition qu'ils soient vaccinés contre le Covid, après 20 mois de restrictions. Le président américain a aussi estimé que l'apparition du variant Omicron devait inciter le reste du monde à donner plus de vaccins aux pays plus pauvres. "Les informations sur ce nouveau variant devraient rendre plus évident que jamais que cette pandémie ne prendra pas fin sans vaccinations au niveau mondial. Les Etats-Unis ont déjà donné plus de vaccins à d'autres pays que tous les autres pays réunis. Il est temps que d'autres pays fassent autant que l'Amérique en termes de rapidité et de générosité", a écrit le président américain. (Belga)

L'arrivée sur le sol américain sera interdite aux personnes venant d'Afrique du Sud, du Botswana, du Zimbabwe, de Namibie, du Lesotho, d'Eswatini, du Mozambique et du Malawi, a précisé un haut responsable américain. Seuls les ressortissants américains et les résidents permanents aux Etats-Unis seront autorisés à entrer dans le pays, a-t-il ajouté. Il s'agit d'une "mesure de précaution en attendant d'avoir davantage d'informations" au sujet du "variant Omicron, qui se propage à travers l'Afrique australe", a déclaré Joe Biden dans un communiqué. Cette décision, dans la foulée de mesures similaires annoncées notamment par des pays européens, intervient alors que le président américain Joe Biden venait tout juste de rouvrir début novembre les frontières aux voyageurs du monde entier, à condition qu'ils soient vaccinés contre le Covid, après 20 mois de restrictions. Le président américain a aussi estimé que l'apparition du variant Omicron devait inciter le reste du monde à donner plus de vaccins aux pays plus pauvres. "Les informations sur ce nouveau variant devraient rendre plus évident que jamais que cette pandémie ne prendra pas fin sans vaccinations au niveau mondial. Les Etats-Unis ont déjà donné plus de vaccins à d'autres pays que tous les autres pays réunis. Il est temps que d'autres pays fassent autant que l'Amérique en termes de rapidité et de générosité", a écrit le président américain. (Belga)