Le gouvernement de Donald Trump, qui maintient une ligne dure contre l'immigration clandestine et qui, dans le contexte de la pandémie, a suspendu la délivrance de plusieurs visas, avait annoncé début juillet qu'il n'autoriserait pas les étudiants étrangers déjà présents à rester dans le pays si leurs cours étaient uniquement en ligne à la rentrée. Face au tollé général - les prestigieuses universités de Harvard et du Massachusetts Institute of Technology avaient immédiatement porté plainte - le gouvernement républicain avait finalement fait machine arrière. "Les étudiants avec un statut postérieur au 9 mars ne pourront pas entrer aux États-Unis pour suivre des cours dans une école américaine à la rentrée s'ils suivent un programme 100% en ligne", a cependant rappelé la police de l'immigration vendredi. Avant la pandémie, il était déjà impossible de bénéficier d'un visa étudiant en suivant des cours uniquement en ligne. Les États-Unis comptent près d'un million d'étudiants étrangers. (Belga)

Le gouvernement de Donald Trump, qui maintient une ligne dure contre l'immigration clandestine et qui, dans le contexte de la pandémie, a suspendu la délivrance de plusieurs visas, avait annoncé début juillet qu'il n'autoriserait pas les étudiants étrangers déjà présents à rester dans le pays si leurs cours étaient uniquement en ligne à la rentrée. Face au tollé général - les prestigieuses universités de Harvard et du Massachusetts Institute of Technology avaient immédiatement porté plainte - le gouvernement républicain avait finalement fait machine arrière. "Les étudiants avec un statut postérieur au 9 mars ne pourront pas entrer aux États-Unis pour suivre des cours dans une école américaine à la rentrée s'ils suivent un programme 100% en ligne", a cependant rappelé la police de l'immigration vendredi. Avant la pandémie, il était déjà impossible de bénéficier d'un visa étudiant en suivant des cours uniquement en ligne. Les États-Unis comptent près d'un million d'étudiants étrangers. (Belga)