La fermeture durant les congés de Pâques, une période traditionnellement faste pour les restaurants et cafés, est un coup dur. "Cela signifie que les pertes des trois premières semaines vont doubler. Le tourisme est à l'arrêt et cela va avoir un impact sans précédent sur le secteur," explique Matthias De Caluwe, patron d'Horeca Vlaanderen. "On peut estimer que les pertes seront huit fois supérieures à ce qu'on a connu en 2016, année des attentats." M. De Caluwe réalise bien que la santé passe avant tout. "C'est indiscutable. Mais nous espérons des gestes de bonne volonté pour permettre au secteur de passer cette tempête." La fédération a déjà sollicité la semaine dernière un effort de la part des propriétaires immobiliers, en leur demandant par exemple un report de paiement, voire la suppression du loyer. Plusieurs acteurs ont déjà accédé à cette demande, notamment des brasseurs. (Belga)

La fermeture durant les congés de Pâques, une période traditionnellement faste pour les restaurants et cafés, est un coup dur. "Cela signifie que les pertes des trois premières semaines vont doubler. Le tourisme est à l'arrêt et cela va avoir un impact sans précédent sur le secteur," explique Matthias De Caluwe, patron d'Horeca Vlaanderen. "On peut estimer que les pertes seront huit fois supérieures à ce qu'on a connu en 2016, année des attentats." M. De Caluwe réalise bien que la santé passe avant tout. "C'est indiscutable. Mais nous espérons des gestes de bonne volonté pour permettre au secteur de passer cette tempête." La fédération a déjà sollicité la semaine dernière un effort de la part des propriétaires immobiliers, en leur demandant par exemple un report de paiement, voire la suppression du loyer. Plusieurs acteurs ont déjà accédé à cette demande, notamment des brasseurs. (Belga)