"Tous ces tests se sont révélés négatifs et donc toutes ces personnes-là ont pu rejoindre les centres" dans le sud-est du pays, à Aix-en-Provence et Carry-le-Rouet, où ils vont rester en quarantaine pendant 14 jours, a déclaré à la chaîne BFMTV Adrien Taquet, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Santé. Ces personnes appartenaient à un deuxième groupe d'étrangers évacués de Wuhan vers la France sur un vol arrivé dimanche après un premier vol vendredi. Parmi les 254 passagers de ce deuxième vol, 36 présentaient des symptômes à leur arrivée, selon le ministère de la Santé. Seize d'entre eux étaient immédiatement repartis dans leur pays et "une vingtaine" de ressortissants français et non-européens étaient restés sur le tarmac pour être testés. Ces passagers présentaient des symptômes qui "n'étaient pas directement liés au coronavirus, plutôt des rhumes, etc, mais il fallait les contrôler à la descente de l'avion", a indiqué Adrien Taquet. La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a précisé pour sa part sur France 2 que ces rapatriés seraient "évidemment suivis comme tous ceux qui sont aujourd'hui en quarantaine avec des prises de température régulières". Après ces deux vols, "il n'y a aucun Français qui reste sur place qui ait fait la demande de rapatriement. Tous ceux qui le souhaitaient ont été rapatriés", a-t-elle ajouté. Le nouveau coronavirus, qui s'est propagé dans plus d'une vingtaine de pays hors de Chine, a tué, selon un dernier décompte, plus de 360 personnes dans ce pays avec un nombre d'infections confirmées supérieur à 17.200. (Belga)

"Tous ces tests se sont révélés négatifs et donc toutes ces personnes-là ont pu rejoindre les centres" dans le sud-est du pays, à Aix-en-Provence et Carry-le-Rouet, où ils vont rester en quarantaine pendant 14 jours, a déclaré à la chaîne BFMTV Adrien Taquet, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Santé. Ces personnes appartenaient à un deuxième groupe d'étrangers évacués de Wuhan vers la France sur un vol arrivé dimanche après un premier vol vendredi. Parmi les 254 passagers de ce deuxième vol, 36 présentaient des symptômes à leur arrivée, selon le ministère de la Santé. Seize d'entre eux étaient immédiatement repartis dans leur pays et "une vingtaine" de ressortissants français et non-européens étaient restés sur le tarmac pour être testés. Ces passagers présentaient des symptômes qui "n'étaient pas directement liés au coronavirus, plutôt des rhumes, etc, mais il fallait les contrôler à la descente de l'avion", a indiqué Adrien Taquet. La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a précisé pour sa part sur France 2 que ces rapatriés seraient "évidemment suivis comme tous ceux qui sont aujourd'hui en quarantaine avec des prises de température régulières". Après ces deux vols, "il n'y a aucun Français qui reste sur place qui ait fait la demande de rapatriement. Tous ceux qui le souhaitaient ont été rapatriés", a-t-elle ajouté. Le nouveau coronavirus, qui s'est propagé dans plus d'une vingtaine de pays hors de Chine, a tué, selon un dernier décompte, plus de 360 personnes dans ce pays avec un nombre d'infections confirmées supérieur à 17.200. (Belga)