"Les gens n'osent pas consommer", observe Christine Mattheeuws du SNI, malgré les réductions de l'ordre de 50 à 70%. "Les pertes ont été quelque peu ralenties par l'assouplissement de la bulle dans les magasins à deux personnes, mais cela n'a pas compensé le printemps. Cette mesure est arrivée beaucoup trop tard et était trop limitée. Elle n'a que très légèrement amélioré les mauvais chiffres." Après les périodes de soldes se profile la nouvelle collection automne et hiver. "75% des commerçants veulent conserver les invendus pour une autre occasion. Pas moins des deux tiers d'entre eux utiliseront les stocks pour de nouvelles journées de remise, notamment des prix ronds durant la première moitié voire tout le mois de septembre. L'année dernière, seuls 51% d'entre eux évoquaient cette possibilité. Un nombre plus limité de commerçants que l'année dernière fera don de leurs invendus à une association caritative (en exonération de TVA) ou les revendra à un démarqueur, un magasin de seconde main ou à grossiste", soulève l'enquête réalisée auprès de 882 commerçants du secteur de la mode. Autre fait marquant: 73% des détaillants ont acheté moins pour leur nouvelle collection que l'année dernière. "Il y a plusieurs raisons à cela. Les commerçants n'ont pas été en mesure de gagner suffisamment d'argent pour le moment et sont devenus plus prudents par crainte d'un second lockdown", explique le SNI. "Six commerçants sur 10 ne peuvent pas payer l'intégralité de la nouvelle collection. La plupart peuvent payer au maximum 75% de celle-ci. Et cela en dépit du fait qu'ils ont acheté moins." Enfin, de nombreuses voix s'élèvent parmi les détaillants pour reporter les soldes d'hiver au 15 janvier ou au début du mois de février, en fonction des ventes durant l'automne. "Un commerce sur 5 redoute déjà de devoir mettre la clef sous la porte avant la fin de l'année, cela démontre que l'assouplissement des mesures ( possibilité de faire son shopping à deux sans limite de temps) est arrivé trop tard et que cette règle est bien trop limitée. Des mesures supplémentaires, telles qu'une réduction de la TVA à 6%, sont nécessaires", ponctue le SNI. Les soldes d'été prendront fin lundi. (Belga)

"Les gens n'osent pas consommer", observe Christine Mattheeuws du SNI, malgré les réductions de l'ordre de 50 à 70%. "Les pertes ont été quelque peu ralenties par l'assouplissement de la bulle dans les magasins à deux personnes, mais cela n'a pas compensé le printemps. Cette mesure est arrivée beaucoup trop tard et était trop limitée. Elle n'a que très légèrement amélioré les mauvais chiffres." Après les périodes de soldes se profile la nouvelle collection automne et hiver. "75% des commerçants veulent conserver les invendus pour une autre occasion. Pas moins des deux tiers d'entre eux utiliseront les stocks pour de nouvelles journées de remise, notamment des prix ronds durant la première moitié voire tout le mois de septembre. L'année dernière, seuls 51% d'entre eux évoquaient cette possibilité. Un nombre plus limité de commerçants que l'année dernière fera don de leurs invendus à une association caritative (en exonération de TVA) ou les revendra à un démarqueur, un magasin de seconde main ou à grossiste", soulève l'enquête réalisée auprès de 882 commerçants du secteur de la mode. Autre fait marquant: 73% des détaillants ont acheté moins pour leur nouvelle collection que l'année dernière. "Il y a plusieurs raisons à cela. Les commerçants n'ont pas été en mesure de gagner suffisamment d'argent pour le moment et sont devenus plus prudents par crainte d'un second lockdown", explique le SNI. "Six commerçants sur 10 ne peuvent pas payer l'intégralité de la nouvelle collection. La plupart peuvent payer au maximum 75% de celle-ci. Et cela en dépit du fait qu'ils ont acheté moins." Enfin, de nombreuses voix s'élèvent parmi les détaillants pour reporter les soldes d'hiver au 15 janvier ou au début du mois de février, en fonction des ventes durant l'automne. "Un commerce sur 5 redoute déjà de devoir mettre la clef sous la porte avant la fin de l'année, cela démontre que l'assouplissement des mesures ( possibilité de faire son shopping à deux sans limite de temps) est arrivé trop tard et que cette règle est bien trop limitée. Des mesures supplémentaires, telles qu'une réduction de la TVA à 6%, sont nécessaires", ponctue le SNI. Les soldes d'été prendront fin lundi. (Belga)