Le deuxième pays le plus touché au monde après les États-Unis en termes d'infections et de décès, compte désormais 923.000 cas de nouveau coronavirus pour 45.241 morts. Des épidémiologistes estiment que les chiffres pourraient être bien plus élevés en réalité, la population ayant encore peu de tests à sa disposition. L'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), le bureau de l'Organisation mondiale de la santé pour les Amériques, a de nouveau exprimé sa préoccupation au sujet de la situation dans ce pays de 212 millions d'habitants. "Le Brésil compte 23% de tous les cas et 21% de tous les décès dans notre région (des Amériques). Et nous ne voyons pas de ralentissement de la contamination. Il en va de même dans presque tous les pays d'Amérique latine et certains dans les Caraïbes sont en augmentation ", a déclaré Carissa Etienne, directrice de l'OPS, lors d'une conférence de presse à Washington. Le Brésil a eu du mal à établir une stratégie pour lutter contre le virus. Le président Jair Bolsonaro, qui a comparé le virus à une "petite grippe", a rejeté les mesures de confinement mises en oeuvre par les autorités étatiques et locales. Le leader d'extrême droite soutient que l'incidence économique de telles mesures peut être pire que le virus et a vanté des médicaments comme la chloroquine et l'hydroxychloroquine, malgré le manque de soutien scientifique pour leur efficacité contre Covid-19. (Belga)

Le deuxième pays le plus touché au monde après les États-Unis en termes d'infections et de décès, compte désormais 923.000 cas de nouveau coronavirus pour 45.241 morts. Des épidémiologistes estiment que les chiffres pourraient être bien plus élevés en réalité, la population ayant encore peu de tests à sa disposition. L'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), le bureau de l'Organisation mondiale de la santé pour les Amériques, a de nouveau exprimé sa préoccupation au sujet de la situation dans ce pays de 212 millions d'habitants. "Le Brésil compte 23% de tous les cas et 21% de tous les décès dans notre région (des Amériques). Et nous ne voyons pas de ralentissement de la contamination. Il en va de même dans presque tous les pays d'Amérique latine et certains dans les Caraïbes sont en augmentation ", a déclaré Carissa Etienne, directrice de l'OPS, lors d'une conférence de presse à Washington. Le Brésil a eu du mal à établir une stratégie pour lutter contre le virus. Le président Jair Bolsonaro, qui a comparé le virus à une "petite grippe", a rejeté les mesures de confinement mises en oeuvre par les autorités étatiques et locales. Le leader d'extrême droite soutient que l'incidence économique de telles mesures peut être pire que le virus et a vanté des médicaments comme la chloroquine et l'hydroxychloroquine, malgré le manque de soutien scientifique pour leur efficacité contre Covid-19. (Belga)