"Nous déplorons le premier mort au Chili par Covid-19. Une femme de 83 ans", a déclaré le ministre de la Santé, Jaime Mañalich, sur son compte Twitter. Le Chili a enregistré 537 malades du coronavirus, dont 33 sont hospitalisés. La capitale est particulièrement touchée avec 359 cas. Aucune mesure de quarantaine officielle n'a été annoncée, mais les habitants ont déserté les espaces publics dans la capitale et les traditionnelles manifestations du vendredi soir, initiées depuis le début de la crise sociale le 18 octobre dans le centre de la capitale, ont été réduites à peau de chagrin. En revanche, les plages de la côte du centre du pays, à une centaine de km de Santiago, étaient très fréquentées samedi, suscitant l'inquiétude des autorités. Mercredi, le président Sebastian Piñera a décrété "l'état d'exception constitutionnel pour catastrophe" permettant le déploiement de l'armée pour le maintien de l'ordre dans le pays en raison de l'épidémie de coronavirus. Le pays a également fermé ses frontières depuis le 18 mars. Jeudi, les dirigeants des principaux partis du Parlement chilien ont décidé de reporter au 25 octobre le référendum constitutionnel initialement prévu fin avril. (Belga)

"Nous déplorons le premier mort au Chili par Covid-19. Une femme de 83 ans", a déclaré le ministre de la Santé, Jaime Mañalich, sur son compte Twitter. Le Chili a enregistré 537 malades du coronavirus, dont 33 sont hospitalisés. La capitale est particulièrement touchée avec 359 cas. Aucune mesure de quarantaine officielle n'a été annoncée, mais les habitants ont déserté les espaces publics dans la capitale et les traditionnelles manifestations du vendredi soir, initiées depuis le début de la crise sociale le 18 octobre dans le centre de la capitale, ont été réduites à peau de chagrin. En revanche, les plages de la côte du centre du pays, à une centaine de km de Santiago, étaient très fréquentées samedi, suscitant l'inquiétude des autorités. Mercredi, le président Sebastian Piñera a décrété "l'état d'exception constitutionnel pour catastrophe" permettant le déploiement de l'armée pour le maintien de l'ordre dans le pays en raison de l'épidémie de coronavirus. Le pays a également fermé ses frontières depuis le 18 mars. Jeudi, les dirigeants des principaux partis du Parlement chilien ont décidé de reporter au 25 octobre le référendum constitutionnel initialement prévu fin avril. (Belga)