Le ministère de l'Intérieur a recensé 131 actions sur tout le territoire. Selon la préfecture de police de Paris, les manifestants étaient 5.500 dans la capitale, dont 4.900 à l'appel des Patriotes de Florian Philippot (extrême-droite). Les manifestants étaient près de 5.000 de plus que samedi dernier, quand 20.646 personnes avaient manifesté contre le pass sanitaire en France dont 4.200 à Paris, selon les autorités. Il y a quinze jours, le 4 décembre, les manifestants étaient 18.600, selon l'Intérieur, dont 3.400 à Paris. La mobilisation, lancée mi-juillet, avait connu en moyenne une baisse progressive depuis le 7 août, date d'un pic de 237.000 manifestants, selon les chiffres des autorités. Dans le sud-est de l'Hexagone, les "réfractaires" à la vaccination et au pass sanitaire ont été ce samedi 450 à Marseille et 300 à Aix-en-Provence, selon les chiffres de la préfecture de police des Bouches-du-Rhône, et 700 à Toulon et 20 à Fréjus selon la préfecture du Var. À Avignon, 360 manifestants ont été dénombrés, selon la Direction de la sécurité publique du Vaucluse. Le Premier ministre Jean Castex avait annoncé vendredi soir que le pass sanitaire deviendrait début 2022 un "pass vaccinal", qui ne pourra être activé qu'avec un schéma vaccinal complet et non plus un simple test négatif au Covid-19. Pour entrer dans les lieux soumis à ce pass (restaurants, lieux de culture, de loisirs...), un test négatif au Covid ne fonctionnera plus: il faudra forcément avoir été vacciné (ou guéri du Covid) et avoir reçu une dose de rappel. S'agissant de l'accès aux trains, "cela doit être précisé prochainement", mais "la piste de travail" est également que les "trains actuellement soumis au pass requièrent cette obligation vaccinale", selon une source ministérielle. Le projet de loi dédié au "pass vaccinal" devrait être examiné en Conseil des ministres le 5 janvier, puis débattu dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale à partir du lundi 10 janvier. (Belga)

Le ministère de l'Intérieur a recensé 131 actions sur tout le territoire. Selon la préfecture de police de Paris, les manifestants étaient 5.500 dans la capitale, dont 4.900 à l'appel des Patriotes de Florian Philippot (extrême-droite). Les manifestants étaient près de 5.000 de plus que samedi dernier, quand 20.646 personnes avaient manifesté contre le pass sanitaire en France dont 4.200 à Paris, selon les autorités. Il y a quinze jours, le 4 décembre, les manifestants étaient 18.600, selon l'Intérieur, dont 3.400 à Paris. La mobilisation, lancée mi-juillet, avait connu en moyenne une baisse progressive depuis le 7 août, date d'un pic de 237.000 manifestants, selon les chiffres des autorités. Dans le sud-est de l'Hexagone, les "réfractaires" à la vaccination et au pass sanitaire ont été ce samedi 450 à Marseille et 300 à Aix-en-Provence, selon les chiffres de la préfecture de police des Bouches-du-Rhône, et 700 à Toulon et 20 à Fréjus selon la préfecture du Var. À Avignon, 360 manifestants ont été dénombrés, selon la Direction de la sécurité publique du Vaucluse. Le Premier ministre Jean Castex avait annoncé vendredi soir que le pass sanitaire deviendrait début 2022 un "pass vaccinal", qui ne pourra être activé qu'avec un schéma vaccinal complet et non plus un simple test négatif au Covid-19. Pour entrer dans les lieux soumis à ce pass (restaurants, lieux de culture, de loisirs...), un test négatif au Covid ne fonctionnera plus: il faudra forcément avoir été vacciné (ou guéri du Covid) et avoir reçu une dose de rappel. S'agissant de l'accès aux trains, "cela doit être précisé prochainement", mais "la piste de travail" est également que les "trains actuellement soumis au pass requièrent cette obligation vaccinale", selon une source ministérielle. Le projet de loi dédié au "pass vaccinal" devrait être examiné en Conseil des ministres le 5 janvier, puis débattu dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale à partir du lundi 10 janvier. (Belga)