L'imposition d'un couvre-feu aux Pays-Bas a nourri un vif débat dans le pays. Il n'y avait longtemps pas de majorité pour soutenir la mesure à la chambre basse du parlement, mais en fin de compte suffisamment de partis ont souscrit à l'idée. La mesure sanitaire doit automatiquement prendre fin le 10 février et un prolongement est conditionné à l'approbation de la chambre. Mis en place depuis un peu plus d'une semaine, le couvre-feu devrait prouver ses effets au cours d'une semaine ou deux sur la courbe des infections. Si celles-ci reculent, comme c'était le cas au cours des jours passés déjà, le soutien politique pour prolonger le couvre-feu sera difficile à dégager. Le gouvernement se penchera sur la crise du coronavirus mardi, et se prononcera alors sur la mesure controversée. Des émeutes ont en effet éclaté après l'instauration samedi passé du couvre-feu. Plusieurs soirs durant, des affrontements avec la police ont eu lieu, des magasins ont été pillés et des véhicules ont été incendiés. (Belga)

L'imposition d'un couvre-feu aux Pays-Bas a nourri un vif débat dans le pays. Il n'y avait longtemps pas de majorité pour soutenir la mesure à la chambre basse du parlement, mais en fin de compte suffisamment de partis ont souscrit à l'idée. La mesure sanitaire doit automatiquement prendre fin le 10 février et un prolongement est conditionné à l'approbation de la chambre. Mis en place depuis un peu plus d'une semaine, le couvre-feu devrait prouver ses effets au cours d'une semaine ou deux sur la courbe des infections. Si celles-ci reculent, comme c'était le cas au cours des jours passés déjà, le soutien politique pour prolonger le couvre-feu sera difficile à dégager. Le gouvernement se penchera sur la crise du coronavirus mardi, et se prononcera alors sur la mesure controversée. Des émeutes ont en effet éclaté après l'instauration samedi passé du couvre-feu. Plusieurs soirs durant, des affrontements avec la police ont eu lieu, des magasins ont été pillés et des véhicules ont été incendiés. (Belga)