Au début du mois, le Comité de concertation avait indiqué que les services religieux seraient possibles en plein air à partir du 1er avril avec 50 personnes maximum. "Ce n'est pas facile à digérer. Le 1er avril c'est le Jeudi Saint, le 2 le Vendredi saint et Pâques tombe le 4 avril. Ce sont les jours liturgiques les plus importants de l'année", dit le porte-parole. Le porte-parole rappelle que l'année dernière, durant le confinement, les cérémonies religieuses de Pâques avaient déjà été annulées. "Cela n'était jamais arrivé", souligne-t-il. "D'un autre côté, nous devons mettre la sécurité de tous au premier plan et faire preuve de solidarité avec le gouvernement. Nous faisons ces efforts ensemble. C'est donc un sentiment mitigé", a déclaré M. De Kerpel, qui se réjouit que les gens puissent quand même suivre les célébrations en digital, via la télévision ou à la radio. "En tant que chrétiens nous voulons nous rassembler et c'est dommage", conclut-il. (Belga)

Au début du mois, le Comité de concertation avait indiqué que les services religieux seraient possibles en plein air à partir du 1er avril avec 50 personnes maximum. "Ce n'est pas facile à digérer. Le 1er avril c'est le Jeudi Saint, le 2 le Vendredi saint et Pâques tombe le 4 avril. Ce sont les jours liturgiques les plus importants de l'année", dit le porte-parole. Le porte-parole rappelle que l'année dernière, durant le confinement, les cérémonies religieuses de Pâques avaient déjà été annulées. "Cela n'était jamais arrivé", souligne-t-il. "D'un autre côté, nous devons mettre la sécurité de tous au premier plan et faire preuve de solidarité avec le gouvernement. Nous faisons ces efforts ensemble. C'est donc un sentiment mitigé", a déclaré M. De Kerpel, qui se réjouit que les gens puissent quand même suivre les célébrations en digital, via la télévision ou à la radio. "En tant que chrétiens nous voulons nous rassembler et c'est dommage", conclut-il. (Belga)