L'entreprise de biotechnologie américaine avait dans un premier temps annoncé vouloir déposer cette demande en urgence au Royaume-Uni "au deuxième trimestre 2021", ainsi que peu après aux Etats-Unis. Elle ne prévoit désormais pas de le faire avant "le troisième trimestre". Cette annonce a fait chuter son titre de plus de 12% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse. Le remède de Novavax utilise une technologie différente de celles employées pour les vaccins déjà largement autorisés dans le monde. C'est un vaccin dit "sous-unitaire", à base de protéines qui déclenchent une réponse immunitaire, sans virus. En mars, l'entreprise a déclaré que son vaccin était efficace à 89,7% contre les formes symptomatiques de la maladie, selon des essais cliniques menés au Royaume-Uni sur plus de 15.000 personnes de 18 ans et plus. Novavax s'était engagée à mettre à disposition 1,1 milliard de doses de son candidat vaccin au programme international de vaccination anti-Covid, Covax. (Belga)

L'entreprise de biotechnologie américaine avait dans un premier temps annoncé vouloir déposer cette demande en urgence au Royaume-Uni "au deuxième trimestre 2021", ainsi que peu après aux Etats-Unis. Elle ne prévoit désormais pas de le faire avant "le troisième trimestre". Cette annonce a fait chuter son titre de plus de 12% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse. Le remède de Novavax utilise une technologie différente de celles employées pour les vaccins déjà largement autorisés dans le monde. C'est un vaccin dit "sous-unitaire", à base de protéines qui déclenchent une réponse immunitaire, sans virus. En mars, l'entreprise a déclaré que son vaccin était efficace à 89,7% contre les formes symptomatiques de la maladie, selon des essais cliniques menés au Royaume-Uni sur plus de 15.000 personnes de 18 ans et plus. Novavax s'était engagée à mettre à disposition 1,1 milliard de doses de son candidat vaccin au programme international de vaccination anti-Covid, Covax. (Belga)