La situation est paradoxale: les chiffres dans les hôpitaux s'améliorent mais la situation reste tendue et la forte contagiosité d'omicron fait craindre le pire. "Les experts nous disent que le variant sera bientôt dominant dans notre pays. Une chose est sûre, il faut être plus prudent que jamais", a expliqué le Premier ministre, Alexander De Croo. Les mesures annoncées à l'issue des réunions précédentes du comité de concertation, notamment dans l'Horeca, restent d'application et aucun assouplissement n'est prévu, au contraire: tous les événements "de masse" à l'intérieur sont interdits. Sont visés: marchés ou villages de Noël à l'intérieur, congrès mais également les représentations culturelles et les cinémas ainsi qu'une série de lieux organisant des activités récréatives comme les bowlings, laser games, escape rooms, snookers, etc. Des règles plus strictes sont prévues pour les événements en extérieur. Il sera interdit d'utiliser des chapiteaux, le nombre de visiteur ne peut dépasser un par 4 m2 et, à partir de 100 visiteurs, un plan de circulation devra être aménagé. Les compétitions sportives devront se dérouler sans public. Quant au shopping, il devra se faire maximum à deux personnes (sauf les enfants de son propre ménage). Les musées, bibliothèques, salles de fête pour les mariages ou funérailles, les centres de bien-être, saunas, etc. ainsi que les salles de sport et centres de fitness et piscines peuvent rester ouverts. Pour le secteur culturel, en cette période de fin d'année, le coup est rude. "Ce n'est pas de gaieté de coeur que l'on prend de telles mesures. On mesure combien le secteur culturel est frappé par la crise", a reconnu le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet, qui réunira son gouvernement début janvier pour décider de mesures de soutien. "Cela a quelque chose d'injuste par rapport à tous ces efforts que ces gens ont déjà fourni. Nous espérons que cela ne va pas durer longtemps", a ajouté le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke. La Belgique n'a toutefois pas choisi la voie d'un confinement, comme d'autres pays. "Nous n'allons pas vers un lockdown. Nous prenons justement ces mesures pour éviter un lockdown. Nous sommes face à une incertitude fondamentale avec le variant omicron. Que faire? Il faut de la solidarité et des mesures de précaution, il ne faut prendre aucun risque", a ajouté M. Vandenbroucke. La bulle sociale n'est pas rétablie à l'approche des fêtes de fin d'année. Des recommandations sont adressées à la population: ne pas se rassembler en grand nombre, ventiler, utiliser des autotests, etc. Une nouvelle réunion du comité de concertation est prévue la première semaine de janvier pour évaluer la situation. (Belga)

La situation est paradoxale: les chiffres dans les hôpitaux s'améliorent mais la situation reste tendue et la forte contagiosité d'omicron fait craindre le pire. "Les experts nous disent que le variant sera bientôt dominant dans notre pays. Une chose est sûre, il faut être plus prudent que jamais", a expliqué le Premier ministre, Alexander De Croo. Les mesures annoncées à l'issue des réunions précédentes du comité de concertation, notamment dans l'Horeca, restent d'application et aucun assouplissement n'est prévu, au contraire: tous les événements "de masse" à l'intérieur sont interdits. Sont visés: marchés ou villages de Noël à l'intérieur, congrès mais également les représentations culturelles et les cinémas ainsi qu'une série de lieux organisant des activités récréatives comme les bowlings, laser games, escape rooms, snookers, etc. Des règles plus strictes sont prévues pour les événements en extérieur. Il sera interdit d'utiliser des chapiteaux, le nombre de visiteur ne peut dépasser un par 4 m2 et, à partir de 100 visiteurs, un plan de circulation devra être aménagé. Les compétitions sportives devront se dérouler sans public. Quant au shopping, il devra se faire maximum à deux personnes (sauf les enfants de son propre ménage). Les musées, bibliothèques, salles de fête pour les mariages ou funérailles, les centres de bien-être, saunas, etc. ainsi que les salles de sport et centres de fitness et piscines peuvent rester ouverts. Pour le secteur culturel, en cette période de fin d'année, le coup est rude. "Ce n'est pas de gaieté de coeur que l'on prend de telles mesures. On mesure combien le secteur culturel est frappé par la crise", a reconnu le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet, qui réunira son gouvernement début janvier pour décider de mesures de soutien. "Cela a quelque chose d'injuste par rapport à tous ces efforts que ces gens ont déjà fourni. Nous espérons que cela ne va pas durer longtemps", a ajouté le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke. La Belgique n'a toutefois pas choisi la voie d'un confinement, comme d'autres pays. "Nous n'allons pas vers un lockdown. Nous prenons justement ces mesures pour éviter un lockdown. Nous sommes face à une incertitude fondamentale avec le variant omicron. Que faire? Il faut de la solidarité et des mesures de précaution, il ne faut prendre aucun risque", a ajouté M. Vandenbroucke. La bulle sociale n'est pas rétablie à l'approche des fêtes de fin d'année. Des recommandations sont adressées à la population: ne pas se rassembler en grand nombre, ventiler, utiliser des autotests, etc. Une nouvelle réunion du comité de concertation est prévue la première semaine de janvier pour évaluer la situation. (Belga)