Avec le message fort "The whole world is watching you" ("Le monde entier vous regarde"), les manifestants entendent prévenir que le temps pour sortir de "l'impasse de la dérogation ADPIC" est compté, et qu'il convient de "ne plus laisser les multinationales pharmaceutiques faire passer le profit avant les vies humaines", explique le communiqué rédigé par MSF à l'occasion des manifestations. "Alors que la France, la Grèce, l'Italie et l'Espagne se sont déjà prononcés en faveur d'un soutien de l'exemption, d'autres gouvernements de l'UE ayant des liens étroits avec les entreprises pharmaceutiques choisissent de faire passer les intérêts des actionnaires avant les vies humaines, à l'échelle mondiale", dénonce encore l'organisme. La dérogation initialement présentée par l'Afrique du Sud et l'Inde, a depuis été rejointe par plus de 60 pays membres de l'OMC au total (Égypte, Kenya, Venezuela, etc). Elle permettrait selon ses auteurs, d'offrir une option rapide pour surmonter les obstacles juridiques afin d'ouvrir la voie à "une diversification de l'offre et de la production pour garantir un accès plus abordable et durable" aux vaccins anti-Covid, selon MSF. Des pays comme la Belgique, le Danemark, la Finlande, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Suède ou encore le Royaume-Uni restent toutefois opposés à cette idée. La prochaine conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce aura lieu fin novembre. (Belga)

Avec le message fort "The whole world is watching you" ("Le monde entier vous regarde"), les manifestants entendent prévenir que le temps pour sortir de "l'impasse de la dérogation ADPIC" est compté, et qu'il convient de "ne plus laisser les multinationales pharmaceutiques faire passer le profit avant les vies humaines", explique le communiqué rédigé par MSF à l'occasion des manifestations. "Alors que la France, la Grèce, l'Italie et l'Espagne se sont déjà prononcés en faveur d'un soutien de l'exemption, d'autres gouvernements de l'UE ayant des liens étroits avec les entreprises pharmaceutiques choisissent de faire passer les intérêts des actionnaires avant les vies humaines, à l'échelle mondiale", dénonce encore l'organisme. La dérogation initialement présentée par l'Afrique du Sud et l'Inde, a depuis été rejointe par plus de 60 pays membres de l'OMC au total (Égypte, Kenya, Venezuela, etc). Elle permettrait selon ses auteurs, d'offrir une option rapide pour surmonter les obstacles juridiques afin d'ouvrir la voie à "une diversification de l'offre et de la production pour garantir un accès plus abordable et durable" aux vaccins anti-Covid, selon MSF. Des pays comme la Belgique, le Danemark, la Finlande, l'Allemagne, les Pays-Bas, la Suède ou encore le Royaume-Uni restent toutefois opposés à cette idée. La prochaine conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce aura lieu fin novembre. (Belga)