Les arrestations ont eu lieu pour divers motifs, dont le trouble à l'ordre public, le port d'armes prohibées ou le fait d'avoir refusé de s'identifier. La Museumplein avait été déclarée zone à risque de sécurité, une mesure qui permet de fouiller préventivement les personnes qui s'y rendent. Lorsque les manifestants ont refusé de quitter la place, la police est intervenue. Des chevaux et des chiens ont été utilisés. Plusieurs agents ont dû faire usage de la force. Un groupe de manifestants s'est quant à lui rendu dans le Westerpark où avait lieu une mobilisation organisée par le parti populiste de droite "Forum voor Democratie". Les restrictions sanitaires sont strictes aux Pays-Bas, où un nouveau confinement a été imposé à la population une semaine avant Noël face à une nouvelle vague du Covid-19 et à la propagation du variant Omicron. Tous les magasins non-essentiels, restaurants, bars, cinémas, musées et théâtres sont fermés jusqu'au 14 janvier et les écoles au moins jusqu'au 9 janvier. (Belga)

Les arrestations ont eu lieu pour divers motifs, dont le trouble à l'ordre public, le port d'armes prohibées ou le fait d'avoir refusé de s'identifier. La Museumplein avait été déclarée zone à risque de sécurité, une mesure qui permet de fouiller préventivement les personnes qui s'y rendent. Lorsque les manifestants ont refusé de quitter la place, la police est intervenue. Des chevaux et des chiens ont été utilisés. Plusieurs agents ont dû faire usage de la force. Un groupe de manifestants s'est quant à lui rendu dans le Westerpark où avait lieu une mobilisation organisée par le parti populiste de droite "Forum voor Democratie". Les restrictions sanitaires sont strictes aux Pays-Bas, où un nouveau confinement a été imposé à la population une semaine avant Noël face à une nouvelle vague du Covid-19 et à la propagation du variant Omicron. Tous les magasins non-essentiels, restaurants, bars, cinémas, musées et théâtres sont fermés jusqu'au 14 janvier et les écoles au moins jusqu'au 9 janvier. (Belga)