"Cette annonce est difficilement réalisable", juge le Président. Le personnel, les résidents et les visiteurs des centres de soins doivent être protégés, insiste Femarbel. "Alors que les maisons de repos travaillent déjà en effectif réduit, que l'armée est chargée d'intervenir... Comment serons-nous en mesure de garantir que le virus ne se propage pas depuis la maison de repos vers les familles des visiteurs et inversement? Il aurait été nécessaire que des mesures strictes soient mises en application avant d'annoncer l'ouverture aux visiteurs", ajoute M. Verbruggen. Pour la fédération, le personnel qui est déjà surchargé, le sera encore plus en devant, en outre, gérer ces visites. Par ailleurs, l'organisation regrette que ni les fédérations du secteur, ni les ministres régionaux n'aient été consultés dans le cadre de cette décision. De son côté, la coupole flamande d'hôpitaux et organisations de soins Zorgnet-Icuro a jugé la décision "incompréhensible". L'organisation conseille aux centres de soin de ne pas appliquer la mesure et, jusqu'à ce que la situation se soit stabilisée, de ne pas autoriser les visites. Le ministre flamand du Bien-être, Wouter Beke, s'est déjà prononcé pour un report en Flandre de cette mesure afin de bien la préparer en concertation et de l'appliquer de "manière réfléchie". (Belga)

"Cette annonce est difficilement réalisable", juge le Président. Le personnel, les résidents et les visiteurs des centres de soins doivent être protégés, insiste Femarbel. "Alors que les maisons de repos travaillent déjà en effectif réduit, que l'armée est chargée d'intervenir... Comment serons-nous en mesure de garantir que le virus ne se propage pas depuis la maison de repos vers les familles des visiteurs et inversement? Il aurait été nécessaire que des mesures strictes soient mises en application avant d'annoncer l'ouverture aux visiteurs", ajoute M. Verbruggen. Pour la fédération, le personnel qui est déjà surchargé, le sera encore plus en devant, en outre, gérer ces visites. Par ailleurs, l'organisation regrette que ni les fédérations du secteur, ni les ministres régionaux n'aient été consultés dans le cadre de cette décision. De son côté, la coupole flamande d'hôpitaux et organisations de soins Zorgnet-Icuro a jugé la décision "incompréhensible". L'organisation conseille aux centres de soin de ne pas appliquer la mesure et, jusqu'à ce que la situation se soit stabilisée, de ne pas autoriser les visites. Le ministre flamand du Bien-être, Wouter Beke, s'est déjà prononcé pour un report en Flandre de cette mesure afin de bien la préparer en concertation et de l'appliquer de "manière réfléchie". (Belga)