Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA), présent aussi dans le studio, a reconnu que la décision de reprise des visites, une personne à la fois par résident, avait été prise sans concertation avec le secteur. Cette concertation sur la façon dont les choses doivent se dérouler devra avoir lieu dans les prochains jours ou semaines, selon l'ancien ministre fédéral. "Ce n'est pas le but de laisser entrer des personnes infectées dans les maisons de repos", a-t-il pointé, précisant que la mesure concerne des personnes isolées depuis quatre semaines. Le président de fédération des maisons de repos (Femarbel), Marc Verbruggen, a jugé la décision des autorités d'autoriser les résidents vivant en maisons de repos d'à nouveau recevoir des visites d'un proche, "risquée" alors que le secteur fait face à un manque de moyens ainsi qu'à un risque élevé de propagation du virus. La décision est toutefois "humainement compréhensible", selon l'organisation. (Belga)

Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA), présent aussi dans le studio, a reconnu que la décision de reprise des visites, une personne à la fois par résident, avait été prise sans concertation avec le secteur. Cette concertation sur la façon dont les choses doivent se dérouler devra avoir lieu dans les prochains jours ou semaines, selon l'ancien ministre fédéral. "Ce n'est pas le but de laisser entrer des personnes infectées dans les maisons de repos", a-t-il pointé, précisant que la mesure concerne des personnes isolées depuis quatre semaines. Le président de fédération des maisons de repos (Femarbel), Marc Verbruggen, a jugé la décision des autorités d'autoriser les résidents vivant en maisons de repos d'à nouveau recevoir des visites d'un proche, "risquée" alors que le secteur fait face à un manque de moyens ainsi qu'à un risque élevé de propagation du virus. La décision est toutefois "humainement compréhensible", selon l'organisation. (Belga)