Les données issues de trois articles publiés par les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique du pays, soulignent unanimement l'efficacité continue des vaccins anti-Covid contre les formes sévères du virus. Cette annonce survient au lendemain du dévoilement de la nouvelle stratégie musclée du président Joe Biden pour venir à bout du Covid-19, qui comprend notamment un décret obligeant les employés des grandes entreprises américaines à se faire vacciner ou effectuer un test de dépistage hebdomadaire. "Comme nous l'avons montré, étude après étude, la vaccination marche", a insisté la directrice des CDC, Rochelle Walenksy, lors d'une conférence de presse. La première étude a analysé des centaines de milliers de cas de Covid-19 dans 13 juridictions américaines sur la période du 4 avril au 19 juin, avant que le Delta ne prolifère, et les a comparés à des cas de contaminations du 20 juin au 17 juillet. Entre ces deux périodes, le risque qu'une personne entièrement vaccinée soit contaminée par le Covid-19 par rapport à une personne non-vaccinée a légèrement augmenté, passant de 11,1 fois moins de chances d'être infectée à 4,5 fois. La protection contre les hospitalisations et la mort est restée stable, mais a baissé davantage pour les personnes de 65 ans et plus, que pour les groupes d'individus plus jeunes. Les autorités sanitaires sont en train d'évaluer la nécessité d'une troisième dose, et il est probable que les personnes âgées soient les premières à la recevoir lorsque l'administration Biden lancera sa campagne de rappel le 20 septembre. L'une des études, qui a analysé l'efficacité des différents vaccins entre juin et août dans plus de 400 hôpitaux et centre de santé, a déterminé que le sérum de Moderna était le plus efficace contre les hospitalisations (95%), que celui de Pfizer (80%), et celui de Johnson & Johnson (60%). Les raisons pour lesquelles le vaccin de Moderna semble conférer une protection plus élevée que Pfizer lorsque le variant Delta est devenu la principale souche du virus ne sont pas entièrement claires. Cela pourrait être lié à son dosage plus élevé de 100 microgrammes contre 30 microgrammes, ou à l'intervalle plus long entre la première et la deuxième injection (quatre semaines contre trois pour le Pfizer), ce qui pourrait créer une réponse immunitaire plus forte. (Belga)

Les données issues de trois articles publiés par les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique du pays, soulignent unanimement l'efficacité continue des vaccins anti-Covid contre les formes sévères du virus. Cette annonce survient au lendemain du dévoilement de la nouvelle stratégie musclée du président Joe Biden pour venir à bout du Covid-19, qui comprend notamment un décret obligeant les employés des grandes entreprises américaines à se faire vacciner ou effectuer un test de dépistage hebdomadaire. "Comme nous l'avons montré, étude après étude, la vaccination marche", a insisté la directrice des CDC, Rochelle Walenksy, lors d'une conférence de presse. La première étude a analysé des centaines de milliers de cas de Covid-19 dans 13 juridictions américaines sur la période du 4 avril au 19 juin, avant que le Delta ne prolifère, et les a comparés à des cas de contaminations du 20 juin au 17 juillet. Entre ces deux périodes, le risque qu'une personne entièrement vaccinée soit contaminée par le Covid-19 par rapport à une personne non-vaccinée a légèrement augmenté, passant de 11,1 fois moins de chances d'être infectée à 4,5 fois. La protection contre les hospitalisations et la mort est restée stable, mais a baissé davantage pour les personnes de 65 ans et plus, que pour les groupes d'individus plus jeunes. Les autorités sanitaires sont en train d'évaluer la nécessité d'une troisième dose, et il est probable que les personnes âgées soient les premières à la recevoir lorsque l'administration Biden lancera sa campagne de rappel le 20 septembre. L'une des études, qui a analysé l'efficacité des différents vaccins entre juin et août dans plus de 400 hôpitaux et centre de santé, a déterminé que le sérum de Moderna était le plus efficace contre les hospitalisations (95%), que celui de Pfizer (80%), et celui de Johnson & Johnson (60%). Les raisons pour lesquelles le vaccin de Moderna semble conférer une protection plus élevée que Pfizer lorsque le variant Delta est devenu la principale souche du virus ne sont pas entièrement claires. Cela pourrait être lié à son dosage plus élevé de 100 microgrammes contre 30 microgrammes, ou à l'intervalle plus long entre la première et la deuxième injection (quatre semaines contre trois pour le Pfizer), ce qui pourrait créer une réponse immunitaire plus forte. (Belga)