La mise sur pied d'un instrument de dette collectif du type "coronabond" pour répondre économiquement à la crise du coronavirus demeure la pomme de discorde des négociateurs. "Les travaux sur une réponse européenne économique ambitieuse au Covid-19 sont en cours mais n'ont pas encore abouti", a déclaré Luis Rego, le porte-parole du président de l'Eurogroupe Mario Centeno, dans un message posté sur Twitter mardi dans la soirée. Il a précisé que la conférence de presse serait reportée à mercredi matin 10H00. Les discussions avaient déjà été entamées avec 4 heures de retard, pour être ensuite interrompues en fin d'après-midi, dans l'espoir de dégager un compromis, selon des sources européennes. La France, l'Italie, l'Espagne entre autres insistent pour inclure l'option d'un instrument de dette commun émis par une institution européenne, afin de lever des fonds à bon prix sur le marché au profit de tous les États membres. Mais ce bloc est confronté à l'opposition de pays plus rigoristes comme l'Allemagne et les Pays-Bas. La Belgique pour sa part ne juge pas nécessaire "dans l'immédiat" la création au niveau européen de "coronabond", avait clarifié lundi le ministre des Finances Alexander De Croo. (Belga)

La mise sur pied d'un instrument de dette collectif du type "coronabond" pour répondre économiquement à la crise du coronavirus demeure la pomme de discorde des négociateurs. "Les travaux sur une réponse européenne économique ambitieuse au Covid-19 sont en cours mais n'ont pas encore abouti", a déclaré Luis Rego, le porte-parole du président de l'Eurogroupe Mario Centeno, dans un message posté sur Twitter mardi dans la soirée. Il a précisé que la conférence de presse serait reportée à mercredi matin 10H00. Les discussions avaient déjà été entamées avec 4 heures de retard, pour être ensuite interrompues en fin d'après-midi, dans l'espoir de dégager un compromis, selon des sources européennes. La France, l'Italie, l'Espagne entre autres insistent pour inclure l'option d'un instrument de dette commun émis par une institution européenne, afin de lever des fonds à bon prix sur le marché au profit de tous les États membres. Mais ce bloc est confronté à l'opposition de pays plus rigoristes comme l'Allemagne et les Pays-Bas. La Belgique pour sa part ne juge pas nécessaire "dans l'immédiat" la création au niveau européen de "coronabond", avait clarifié lundi le ministre des Finances Alexander De Croo. (Belga)