A ce jour, les Slovaques ne peuvent se déplacer hors de leur domicile que dans des circonstances indispensables, comme pour se rendre au travail. Le ministre de la Santé publique, Marek Krajci a expliqué que les habitants pourront avoir accès jusqu'au 26 janvier aux tests de dépistage sur base volontaire. Les mesures plus strictes envers les personnes qui ne disposent pas d'un test négatif seront mises en place à partir du 27 janvier, jusqu'au moins le 7 février. Selon les médias locaux, les quatre partis du gouvernement ne parvenaient pas à l'entendre sur la campagne de dépistage de masse. Les syndicats de médecins et autres organisations sanitaires émettaient en effet des critiques envers la proposition. Le secteur avançait que celle-ci serait surtout suivie par les personnes en bonne santé, et qu'il était préférable au contraire de viser les groupes et lieux à risques tout en privilégiant la vaccination pour le reste de la population. En octobre et novembre l'an passé, la Slovaquie avait déjà procédé à un dépistage de tous les résidents de plus de 10 ans. L'initiative avait attiré l'attention internationale et d'autres pays, comme l'Autriche, avaient suivi l'exemple slovaque. Dans le pays toutefois, la campagne avait été controversée, car elle avait été menée de manière chaotique. (Belga)

A ce jour, les Slovaques ne peuvent se déplacer hors de leur domicile que dans des circonstances indispensables, comme pour se rendre au travail. Le ministre de la Santé publique, Marek Krajci a expliqué que les habitants pourront avoir accès jusqu'au 26 janvier aux tests de dépistage sur base volontaire. Les mesures plus strictes envers les personnes qui ne disposent pas d'un test négatif seront mises en place à partir du 27 janvier, jusqu'au moins le 7 février. Selon les médias locaux, les quatre partis du gouvernement ne parvenaient pas à l'entendre sur la campagne de dépistage de masse. Les syndicats de médecins et autres organisations sanitaires émettaient en effet des critiques envers la proposition. Le secteur avançait que celle-ci serait surtout suivie par les personnes en bonne santé, et qu'il était préférable au contraire de viser les groupes et lieux à risques tout en privilégiant la vaccination pour le reste de la population. En octobre et novembre l'an passé, la Slovaquie avait déjà procédé à un dépistage de tous les résidents de plus de 10 ans. L'initiative avait attiré l'attention internationale et d'autres pays, comme l'Autriche, avaient suivi l'exemple slovaque. Dans le pays toutefois, la campagne avait été controversée, car elle avait été menée de manière chaotique. (Belga)