Deux de ces rapports ont tenté de sonder l'ampleur de la solidarité dans la société durant la pandémie, tout en portant une attention particulière aux groupes vulnérables. Ces personnes ont reçu moins d'aide qu'avant la crise du coronavirus, tant de la part de leur entourage proche que de personnes ou d'initiatives extérieures à leur réseau. "De la sorte, elles étaient aussi moins à même d'offrir du soutien dans leur entourage. En outre, l'accès aux services gouvernementaux était aussi souvent limité", a commenté la professeure louvaniste Karen Phalet. "Nous en concluons donc que les groupes qui étaient vulnérables socialement, ont été plus durement touchés et ont bénéficié d'un filet de sécurité moindre durant la crise. Par conséquent, il est nécessaire d'établir une stratégie ciblée en renforçant les réseaux de solidarité afin qu'ils puissent être maintenus même lorsque les temps sont durs." (Belga)

Deux de ces rapports ont tenté de sonder l'ampleur de la solidarité dans la société durant la pandémie, tout en portant une attention particulière aux groupes vulnérables. Ces personnes ont reçu moins d'aide qu'avant la crise du coronavirus, tant de la part de leur entourage proche que de personnes ou d'initiatives extérieures à leur réseau. "De la sorte, elles étaient aussi moins à même d'offrir du soutien dans leur entourage. En outre, l'accès aux services gouvernementaux était aussi souvent limité", a commenté la professeure louvaniste Karen Phalet. "Nous en concluons donc que les groupes qui étaient vulnérables socialement, ont été plus durement touchés et ont bénéficié d'un filet de sécurité moindre durant la crise. Par conséquent, il est nécessaire d'établir une stratégie ciblée en renforçant les réseaux de solidarité afin qu'ils puissent être maintenus même lorsque les temps sont durs." (Belga)