Le Greg Mortimer, battant pavillon des îles Bahamas et transportant quelque 200 passagers et membres d'équipage, est bloqué au large de la capitale uruguayenne depuis le 27 mars. Le bateau avait quitté Ushuaïa, à l'extrême Sud de l'Argentine, le 15 mars pour une croisière dans l'Antarctique et sur l'île britannique de Géorgie du Sud. Mais la traversée a été écourtée en raison de l'apparition de cas suspects de coronavirus. Après avoir été refoulé par les îles britanniques des Malouines, le navire a fait route vers Montevideo, à plusieurs milliers de kilomètres au Nord. Il a été autorisé à y accoster vendredi pour procéder à l'évacuation par avion de 112 passagers australiens et néo-zélandais vers l'Australie. Ceux-ci seront amenés tôt samedi à l'aéroport de la capitale en bus, sous escorte policière. Environ 60% des passagers à bord ont été testés positifs au coronavirus. Huit d'entre eux ont déjà été évacués et transférés dans des hôpitaux de Montevideo. (Belga)

Le Greg Mortimer, battant pavillon des îles Bahamas et transportant quelque 200 passagers et membres d'équipage, est bloqué au large de la capitale uruguayenne depuis le 27 mars. Le bateau avait quitté Ushuaïa, à l'extrême Sud de l'Argentine, le 15 mars pour une croisière dans l'Antarctique et sur l'île britannique de Géorgie du Sud. Mais la traversée a été écourtée en raison de l'apparition de cas suspects de coronavirus. Après avoir été refoulé par les îles britanniques des Malouines, le navire a fait route vers Montevideo, à plusieurs milliers de kilomètres au Nord. Il a été autorisé à y accoster vendredi pour procéder à l'évacuation par avion de 112 passagers australiens et néo-zélandais vers l'Australie. Ceux-ci seront amenés tôt samedi à l'aéroport de la capitale en bus, sous escorte policière. Environ 60% des passagers à bord ont été testés positifs au coronavirus. Huit d'entre eux ont déjà été évacués et transférés dans des hôpitaux de Montevideo. (Belga)