Ces masques, commandés par la Défense à la demande du gouvernement fédéral, doivent être nettoyés à la main dans une eau à 30°C alors que depuis le début de l'épidémie de Covid-19, il est recommandé de laver les masques réutilisables à 60°C pour annihiler le virus. Le cahier des charges envoyé par le Défense aux candidats soumissionnaires au marché public, fin avril, stipulaient que leurs produits devaient satisfaire aux recommandations du Bureau belge de normalisation, poursuit Le Soir. Or, ces recommandations prévoient pour la désinfection des masques une température de lavage d'au moins 60°C pendant 30 minutes. De plus, poursuit le journal, un des masques proposé par un candidat soumissionnaire a précisément été refusé par la Défense parce que la température de lavage mentionnée dans le dossier technique remis était de 30°C et non de 60°C. Une incohérence qui irrite les organisations sectorielles Creamoda, Febelsafe et FBT pour qui "ces masques buccaux constituent donc un danger pour la santé publique et ne doivent pas être distribués." Du côté de la Défense et de la société Avrox, on assure que la qualité des masques, qui seront disponibles en pharmacie à partir du 15 juin, est irréprochable et qu'ils ont réussi tous les tests. Dix-huit millions de masques ont été commandés et livrés au total: 15 millions viennent d'Avrox et trois millions de la société Tweed & Cottons. (Belga)

Ces masques, commandés par la Défense à la demande du gouvernement fédéral, doivent être nettoyés à la main dans une eau à 30°C alors que depuis le début de l'épidémie de Covid-19, il est recommandé de laver les masques réutilisables à 60°C pour annihiler le virus. Le cahier des charges envoyé par le Défense aux candidats soumissionnaires au marché public, fin avril, stipulaient que leurs produits devaient satisfaire aux recommandations du Bureau belge de normalisation, poursuit Le Soir. Or, ces recommandations prévoient pour la désinfection des masques une température de lavage d'au moins 60°C pendant 30 minutes. De plus, poursuit le journal, un des masques proposé par un candidat soumissionnaire a précisément été refusé par la Défense parce que la température de lavage mentionnée dans le dossier technique remis était de 30°C et non de 60°C. Une incohérence qui irrite les organisations sectorielles Creamoda, Febelsafe et FBT pour qui "ces masques buccaux constituent donc un danger pour la santé publique et ne doivent pas être distribués." Du côté de la Défense et de la société Avrox, on assure que la qualité des masques, qui seront disponibles en pharmacie à partir du 15 juin, est irréprochable et qu'ils ont réussi tous les tests. Dix-huit millions de masques ont été commandés et livrés au total: 15 millions viennent d'Avrox et trois millions de la société Tweed & Cottons. (Belga)