Ils ont, en dépit de l'interdiction initialement signifiée à deux rassemblements distincts, été autorisés par la police à quitter le Bois de la Cambre où ils s'étaient rassemblés dans l'après-midi pour dénoncer les mesures sanitaires imposées un peu partout en Europe à la suite de la pandémie de coronavirus et la politique vaccinale adoptée par les pays européens. L'absence de port du masque et des revendications en faveur de la fin des restrictions "aux libertés fondamentales, dont celle de pouvoir refuser la vaccination, en particulier pour les enfants", unissaient ce cortège hétéroclite. Il comprenait de nombreux Néerlandais, mais aussi des Allemands, des Luxembourgeois et des Polonais. La dispersion de la manifestation, accompagnée de quelques lancers de pétards, est prévue au rond point Schuman, selon la police de Bruxelles. Les forces de l'ordre, présentes en nombre, ont accompagné le cortège dans sa progression dans Bruxelles, sous la surveillance d'un hélicoptère. (Belga)

Ils ont, en dépit de l'interdiction initialement signifiée à deux rassemblements distincts, été autorisés par la police à quitter le Bois de la Cambre où ils s'étaient rassemblés dans l'après-midi pour dénoncer les mesures sanitaires imposées un peu partout en Europe à la suite de la pandémie de coronavirus et la politique vaccinale adoptée par les pays européens. L'absence de port du masque et des revendications en faveur de la fin des restrictions "aux libertés fondamentales, dont celle de pouvoir refuser la vaccination, en particulier pour les enfants", unissaient ce cortège hétéroclite. Il comprenait de nombreux Néerlandais, mais aussi des Allemands, des Luxembourgeois et des Polonais. La dispersion de la manifestation, accompagnée de quelques lancers de pétards, est prévue au rond point Schuman, selon la police de Bruxelles. Les forces de l'ordre, présentes en nombre, ont accompagné le cortège dans sa progression dans Bruxelles, sous la surveillance d'un hélicoptère. (Belga)