La mesure, décidée lors du comité de concertation du 3 décembre, doit contribuer à calmer le regain de pandémie constaté cet automne, notamment dans les écoles fondamentales. Formellement, les écoles ne sont pas fermées, mais les cours sont "simplement" suspendus, si bien que les enseignants sont normalement tenus de travailler. Certains élèves devraient d'ailleurs recevoir du travail à réaliser à domicile durant cette semaine. Les familles concernées par la mesure ont dû improviser pour (faire) garder les enfants à la maison, soit en s'organisant entre elles, soit en confiant leur progéniture aux aînés lorsque c'est possible. Pour les parents qui n'ont pas trouvé de solution, les écoles sont toutefois tenues d'organiser des garderies en leur sein. Dans le secondaire, les cours ne sont pas suspendus. Mais la situation y varie fortement d'une école à l'autre. Dans les établissements où il n'y a pas eu de session d'examens de Noël, les cours se poursuivront sur le mode de l'hybridation, à savoir la moitié des enseignements en classe, et l'autre moitié à distance. Dans les autres écoles, cette dernière semaine avant la trêve de Noël sera marquée soit par l'organisation des derniers examens, soit par la tenue de "jours blancs", ces journées où les cours sont suspendus pour permettre aux enseignants de corriger leurs examens et de participer aux éventuels conseils de classe. Mardi, les membres du comité de concertation (Codeco) doivent se retrouver pour faire le bilan des mesures adoptées le 3 décembre (port du masque obligatoire dès 6 ans à l'école, hybridation,...) et décider de l'organisation de l'école à l'issue des vacances, qui s'achèveront le 9 janvier. Du côté de la Fédération Wallonie-Bruxelles, son ministre-président Pierre-Yves Jeholet, a indiqué, mercredi, que la priorité pour lui lors de ce Codeco serait d'obtenir la reprise des cours "à 100% en présentiel", quitte à maintenir le port du masque en classe dès 6 ans jusqu'à la fin du mois de janvier.. (Belga)

La mesure, décidée lors du comité de concertation du 3 décembre, doit contribuer à calmer le regain de pandémie constaté cet automne, notamment dans les écoles fondamentales. Formellement, les écoles ne sont pas fermées, mais les cours sont "simplement" suspendus, si bien que les enseignants sont normalement tenus de travailler. Certains élèves devraient d'ailleurs recevoir du travail à réaliser à domicile durant cette semaine. Les familles concernées par la mesure ont dû improviser pour (faire) garder les enfants à la maison, soit en s'organisant entre elles, soit en confiant leur progéniture aux aînés lorsque c'est possible. Pour les parents qui n'ont pas trouvé de solution, les écoles sont toutefois tenues d'organiser des garderies en leur sein. Dans le secondaire, les cours ne sont pas suspendus. Mais la situation y varie fortement d'une école à l'autre. Dans les établissements où il n'y a pas eu de session d'examens de Noël, les cours se poursuivront sur le mode de l'hybridation, à savoir la moitié des enseignements en classe, et l'autre moitié à distance. Dans les autres écoles, cette dernière semaine avant la trêve de Noël sera marquée soit par l'organisation des derniers examens, soit par la tenue de "jours blancs", ces journées où les cours sont suspendus pour permettre aux enseignants de corriger leurs examens et de participer aux éventuels conseils de classe. Mardi, les membres du comité de concertation (Codeco) doivent se retrouver pour faire le bilan des mesures adoptées le 3 décembre (port du masque obligatoire dès 6 ans à l'école, hybridation,...) et décider de l'organisation de l'école à l'issue des vacances, qui s'achèveront le 9 janvier. Du côté de la Fédération Wallonie-Bruxelles, son ministre-président Pierre-Yves Jeholet, a indiqué, mercredi, que la priorité pour lui lors de ce Codeco serait d'obtenir la reprise des cours "à 100% en présentiel", quitte à maintenir le port du masque en classe dès 6 ans jusqu'à la fin du mois de janvier.. (Belga)