Les critères utilisés jusqu'à présent portent en priorité sur les soignants et les personnes gravement malades, dont le nombre diminue. "Ces critères doivent être élargis", estime Emmanuel André.

"Nous attendons l'avis des collèges d'experts pour savoir qui bénéficiera en priorité de ces capacités. Il faut que les hôpitaux et les laboratoires aient des indications claires", poursuit le porte-parole.

Une large action de dépistage ciblant le personnel des maisons de repos a commencé. "Il existe 1.500 maisons de repos et de soins en Belgique. L'objectif est de pouvoir proposer un test de diagnostic à tout le monde, les professionnels qui y travaillent comme les résidents", explique Emmanuel André. "L'effort est lancé et nous devrions atteindre rapidement cet objectif, mais cela va se faire progressivement. Tout le monde ne va pas en bénéficier du jour au lendemain", prévient-il.

"Les capacités ont augmenté grâce notamment à des plateformes développées dans des laboratoires universitaires, mais aussi à un effort conjoint entre des firmes pharmaceutiques, des entreprises de biotechnologie et les universités", détaille Emmanuel André.

En Belgique, 80.512 tests ont été réalisés depuis le début de l'épidémie.

Les critères utilisés jusqu'à présent portent en priorité sur les soignants et les personnes gravement malades, dont le nombre diminue. "Ces critères doivent être élargis", estime Emmanuel André. "Nous attendons l'avis des collèges d'experts pour savoir qui bénéficiera en priorité de ces capacités. Il faut que les hôpitaux et les laboratoires aient des indications claires", poursuit le porte-parole. Une large action de dépistage ciblant le personnel des maisons de repos a commencé. "Il existe 1.500 maisons de repos et de soins en Belgique. L'objectif est de pouvoir proposer un test de diagnostic à tout le monde, les professionnels qui y travaillent comme les résidents", explique Emmanuel André. "L'effort est lancé et nous devrions atteindre rapidement cet objectif, mais cela va se faire progressivement. Tout le monde ne va pas en bénéficier du jour au lendemain", prévient-il. "Les capacités ont augmenté grâce notamment à des plateformes développées dans des laboratoires universitaires, mais aussi à un effort conjoint entre des firmes pharmaceutiques, des entreprises de biotechnologie et les universités", détaille Emmanuel André. En Belgique, 80.512 tests ont été réalisés depuis le début de l'épidémie.