Selon Steven van Gucht, le virus G4 H1N1 est à prendre en considération car il est présent depuis 2016 dans les élevages de porcs chinois et parce que les virus de la grippe saisonnière déjà en circulation ou les vaccins antigrippaux utilisés n'offrent que peu de protection croisée chez l'homme. Les humains y sont donc également sensibles. En outre, ce virus semble régulièrement se transmettre du porc à l'homme, puisque 10% des ouvriers de la filière porcine présentent déjà des anticorps, ce qui signifie qu'il ont été infectés dans le passé. "Cela fait de ce virus un candidat sérieux", déclare Steven Van Gucht. "Bien qu'aucune indication ne permette encore d'affirmer que ce virus peut se transmettre entre êtres humains." (Belga)

Selon Steven van Gucht, le virus G4 H1N1 est à prendre en considération car il est présent depuis 2016 dans les élevages de porcs chinois et parce que les virus de la grippe saisonnière déjà en circulation ou les vaccins antigrippaux utilisés n'offrent que peu de protection croisée chez l'homme. Les humains y sont donc également sensibles. En outre, ce virus semble régulièrement se transmettre du porc à l'homme, puisque 10% des ouvriers de la filière porcine présentent déjà des anticorps, ce qui signifie qu'il ont été infectés dans le passé. "Cela fait de ce virus un candidat sérieux", déclare Steven Van Gucht. "Bien qu'aucune indication ne permette encore d'affirmer que ce virus peut se transmettre entre êtres humains." (Belga)