Selon M. Simmers, des agents de la police anti-émeute ont été passés à tabac à Eindhoven. La police avait prévu qu'il y aurait des agitations. "Il y avait beaucoup d'informations et c'est pourquoi il y avait tant d'agents à Amsterdam et à Eindhoven", selon le syndicaliste, "Il n'est pas normal d'attaquer des policiers avec des armes mortelles", a-t-il ajouté. L'instauration du couvre-feu ce week-end s'est accompagnée d'émeutes dans de nombreuses villes. À Amsterdam, la police a arrêté au moins 170 personnes dimanche. "Les personnes qui sont descendues sur place viennent de groupes en partie connus, comme des mouvements politiques ou des hooligans, mais il y a aussi des gens très en colère parmi eux", selon le chef de la police d'Amsterdam, Frank Paauw. Le ministre de la Justice et de la Sécurité Ferd Grapperhaus a pour sa part déclaré: "Des images choquantes d'émeutes, de pillages et d'incendies criminels circulent. Cela n'a rien à voir avec une manifestation contre les mesures sanitaires. Il s'agit tout simplement d'un comportement criminel; des personnes qui attaquent délibérément la police, les journalistes et autres travailleurs humanitaires. Les maires et la police ont, à juste titre, agi avec sévérité". (Belga)

Selon M. Simmers, des agents de la police anti-émeute ont été passés à tabac à Eindhoven. La police avait prévu qu'il y aurait des agitations. "Il y avait beaucoup d'informations et c'est pourquoi il y avait tant d'agents à Amsterdam et à Eindhoven", selon le syndicaliste, "Il n'est pas normal d'attaquer des policiers avec des armes mortelles", a-t-il ajouté. L'instauration du couvre-feu ce week-end s'est accompagnée d'émeutes dans de nombreuses villes. À Amsterdam, la police a arrêté au moins 170 personnes dimanche. "Les personnes qui sont descendues sur place viennent de groupes en partie connus, comme des mouvements politiques ou des hooligans, mais il y a aussi des gens très en colère parmi eux", selon le chef de la police d'Amsterdam, Frank Paauw. Le ministre de la Justice et de la Sécurité Ferd Grapperhaus a pour sa part déclaré: "Des images choquantes d'émeutes, de pillages et d'incendies criminels circulent. Cela n'a rien à voir avec une manifestation contre les mesures sanitaires. Il s'agit tout simplement d'un comportement criminel; des personnes qui attaquent délibérément la police, les journalistes et autres travailleurs humanitaires. Les maires et la police ont, à juste titre, agi avec sévérité". (Belga)