La vaccination progresse bien en Belgique et les résultats de la phase de tests en Belgique "ont démontré sans équivoque que les activités culturelles peuvent être organisées de manière sûre, engendrant un risque de contamination marginal par rapport à d'autres activités et d'autres secteurs", entament l'Association des centres culturels de la Communauté française de Belgique (ACC), la Fédération des arts forains, du cirque et de la rue "Aires libres", l'Association des programmateurs professionnels (ASSPROPRO), le Réseau des professionnels en centres culturels (Astrac), la Fédération d'organisations de concerts "Court-Circuit", la Chambre des théâtres pour l'enfance et la jeunesse (CTEJ), la Fédération de la culture indépendante Baudouin (FCI), la Fédération des employeurs des arts de la scène (Feas) et l'Union de professionnel·le·s des arts et de la création - Travailleur·euse·s (UPAC-T). Le secteur culturel réclame dès lors qu'une reprise complète des activités culturelles en intérieur et en extérieur soit assurée dès le mois de septembre, "sans mesure sanitaire contraignante injustifiée". "Le secteur culturel a jusqu'ici payé un lourd tribut à la crise sanitaire. Il n'acceptera plus de mesures discriminatoires entre les secteurs", préviennent les signataires. Il s'agit pour les travailleurs et travailleuses de ce secteur d'un enjeu économique crucial, mais aussi sociétal. "Les citoyens ont besoin de culture", soulignent-ils. Les acteurs culturels demandent également que cette reprise de leurs activités s'accompagne du maintien des aides économiques, des mécanismes de compensation et des mesures de protection sociale "car les effets de la crise vont se prolonger au-delà de 2022", notamment en raison d'un engorgement consécutif au report "de centaines de spectacles". "Tout le monde ne pourra donc pas reprendre immédiatement." La relance du secteur culturel nécessite aussi une planification et des délais, insistent les signataires. "Programmer, promouvoir les activités culturelles de la saison 2021-2022, mettre en vente les places, signer des contrats, engager du personnel et contracter des sous-traitants, tout ceci nécessite un cadre clair et stable dès maintenant", concluent-ils. (Belga)

La vaccination progresse bien en Belgique et les résultats de la phase de tests en Belgique "ont démontré sans équivoque que les activités culturelles peuvent être organisées de manière sûre, engendrant un risque de contamination marginal par rapport à d'autres activités et d'autres secteurs", entament l'Association des centres culturels de la Communauté française de Belgique (ACC), la Fédération des arts forains, du cirque et de la rue "Aires libres", l'Association des programmateurs professionnels (ASSPROPRO), le Réseau des professionnels en centres culturels (Astrac), la Fédération d'organisations de concerts "Court-Circuit", la Chambre des théâtres pour l'enfance et la jeunesse (CTEJ), la Fédération de la culture indépendante Baudouin (FCI), la Fédération des employeurs des arts de la scène (Feas) et l'Union de professionnel·le·s des arts et de la création - Travailleur·euse·s (UPAC-T). Le secteur culturel réclame dès lors qu'une reprise complète des activités culturelles en intérieur et en extérieur soit assurée dès le mois de septembre, "sans mesure sanitaire contraignante injustifiée". "Le secteur culturel a jusqu'ici payé un lourd tribut à la crise sanitaire. Il n'acceptera plus de mesures discriminatoires entre les secteurs", préviennent les signataires. Il s'agit pour les travailleurs et travailleuses de ce secteur d'un enjeu économique crucial, mais aussi sociétal. "Les citoyens ont besoin de culture", soulignent-ils. Les acteurs culturels demandent également que cette reprise de leurs activités s'accompagne du maintien des aides économiques, des mécanismes de compensation et des mesures de protection sociale "car les effets de la crise vont se prolonger au-delà de 2022", notamment en raison d'un engorgement consécutif au report "de centaines de spectacles". "Tout le monde ne pourra donc pas reprendre immédiatement." La relance du secteur culturel nécessite aussi une planification et des délais, insistent les signataires. "Programmer, promouvoir les activités culturelles de la saison 2021-2022, mettre en vente les places, signer des contrats, engager du personnel et contracter des sous-traitants, tout ceci nécessite un cadre clair et stable dès maintenant", concluent-ils. (Belga)