Le bilan quotidien de la protection civile italienne confirme ce que les autorités sanitaires disent depuis plusieurs jours: la courbe de contagion s'aplatit, ce qui est une bonne nouvelle dans la lutte contre le virus.

3.039 personnes ont été testées positives au cours des dernières 24h, le niveau le plus bas depuis le 13 mars. Le nombre de personnes dont la contamination a été détectée est passé à 135.586, confirmant l'Italie à la 3e place des pays les plus touchés - après les Etats-Unis et l'Espagne.

Le nombre de personnes en soins intensifs continue à diminuer, offrant une bouffée d'oxygène au personnel soignant. Ce nombre a été réduit de 106, pour 3.792 personnes en soins intensifs à travers le pays.

"Attention aux illusions d'optique, aux mirages dangereux, nous sommes loin de la sortie de crise, d'une hypothétique heure H qui nous fera revenir à la situation d'avant", a averti mardi le commissaire extraordinaire du gouvernement italien pour le coronavirus, Domenico Arcuri, lors d'une conférence de presse. Pas d'"optimisme insensé", même si "le bilan (...) contient des données mettant en évidence une première inversion partielle de la tendance. Après de dures semaines de sacrifices, il s'agit certainement d'une bouffée d'oxygène", a-t-il poursuivi.

Concernant le port de masques de protection, "je crois que pour longtemps beaucoup d'entre nous, si ce n'est tous, devrons nous habituer à utiliser cet instrument de protection". "Nous devrons nous habituer à considérer les masques comme un dispositif utile, voire nécessaire", a-t-il insisté.

Le bilan quotidien de la protection civile italienne confirme ce que les autorités sanitaires disent depuis plusieurs jours: la courbe de contagion s'aplatit, ce qui est une bonne nouvelle dans la lutte contre le virus. 3.039 personnes ont été testées positives au cours des dernières 24h, le niveau le plus bas depuis le 13 mars. Le nombre de personnes dont la contamination a été détectée est passé à 135.586, confirmant l'Italie à la 3e place des pays les plus touchés - après les Etats-Unis et l'Espagne. Le nombre de personnes en soins intensifs continue à diminuer, offrant une bouffée d'oxygène au personnel soignant. Ce nombre a été réduit de 106, pour 3.792 personnes en soins intensifs à travers le pays."Attention aux illusions d'optique, aux mirages dangereux, nous sommes loin de la sortie de crise, d'une hypothétique heure H qui nous fera revenir à la situation d'avant", a averti mardi le commissaire extraordinaire du gouvernement italien pour le coronavirus, Domenico Arcuri, lors d'une conférence de presse. Pas d'"optimisme insensé", même si "le bilan (...) contient des données mettant en évidence une première inversion partielle de la tendance. Après de dures semaines de sacrifices, il s'agit certainement d'une bouffée d'oxygène", a-t-il poursuivi.Concernant le port de masques de protection, "je crois que pour longtemps beaucoup d'entre nous, si ce n'est tous, devrons nous habituer à utiliser cet instrument de protection". "Nous devrons nous habituer à considérer les masques comme un dispositif utile, voire nécessaire", a-t-il insisté.