Ce n'est pas le premier média néerlandais qui en arrive à une telle solution puisque l'organisation audiovisuelle publique de radios et télévisions néerlandaise (NOS), avait déjà fait de même auparavant. En raison des logos, les voitures des journalistes "sont devenues une sorte de cible", indique Veenstra, l'entreprise qui se charge de fournir les véhicules. Tous les stickers Omroep Brabant ont donc été enlevés lundi. Le média néerlandais a indiqué aussi avoir renforcé la sécurité autour de son siège social. Le nombre d'incidents contre des journalistes a considérablement augmenté pendant la crise du coronavirus aux Pays-Bas. Les journalistes sont régulièrement victimes d'attaques, de crachats, d'invectives lors des manifestations contre les mesures sanitaires ou dans des lieux où ces mesures ne sont pas respectées. (Belga)

Ce n'est pas le premier média néerlandais qui en arrive à une telle solution puisque l'organisation audiovisuelle publique de radios et télévisions néerlandaise (NOS), avait déjà fait de même auparavant. En raison des logos, les voitures des journalistes "sont devenues une sorte de cible", indique Veenstra, l'entreprise qui se charge de fournir les véhicules. Tous les stickers Omroep Brabant ont donc été enlevés lundi. Le média néerlandais a indiqué aussi avoir renforcé la sécurité autour de son siège social. Le nombre d'incidents contre des journalistes a considérablement augmenté pendant la crise du coronavirus aux Pays-Bas. Les journalistes sont régulièrement victimes d'attaques, de crachats, d'invectives lors des manifestations contre les mesures sanitaires ou dans des lieux où ces mesures ne sont pas respectées. (Belga)