"Le 'quoi qu'il en coûte', auquel je m'étais engagé dès mars 2020, nous a permis de protéger nos entreprises, nos emplois", mais aussi de "préserver le pouvoir d'achat de nombre de Français et est à l'origine d'un vigoureux rebond" de la croissance, a estimé le chef de l'État au cours d'une allocution aux Français. Le gouvernement, qui tablait jusque-là sur une croissance de 5% cette année, s'aligne ainsi sur les prévisions de la Commission européenne et de l'Insee, qui avaient indiqué toutes deux la semaine dernière tabler sur 6%. En revanche, la Banque de France prévoit une croissance légèrement inférieure, de 5,75% pour l'ensemble de l'année 2021. "L'emploi a résisté" en France, a affirmé le président, et si en 2020, la pandémie de Covid "a détruit près de 300.000 emplois depuis le début de l'année, nous avons déjà recréé 187.000 emplois ce seul mois de mai", a-t-il indiqué. "Nous avons atteint un nombre de contrats à durée indéterminée créés inédit, égalant notre record de 2006 dans tous les secteurs qui, comme la culture, l'hôtellerie, la restauration, le sport, le tourisme, ont le plus souffert", où les plans de soutien "ont permis d'empêcher les drames humains, les faillites et d'envisager une reprise sereine", a poursuivi M. Macron. "Nous restons pleinement mobilisés pour aider ceux qui ont subi la crise plus fortement que d'autres, les salariés travaillant dans les entreprises qui n'ont pas résisté, où les jeunes comme les indépendants qui, durant cette période sont malheureusement tombés dans la pauvreté", a-t-il assuré. (Belga)

"Le 'quoi qu'il en coûte', auquel je m'étais engagé dès mars 2020, nous a permis de protéger nos entreprises, nos emplois", mais aussi de "préserver le pouvoir d'achat de nombre de Français et est à l'origine d'un vigoureux rebond" de la croissance, a estimé le chef de l'État au cours d'une allocution aux Français. Le gouvernement, qui tablait jusque-là sur une croissance de 5% cette année, s'aligne ainsi sur les prévisions de la Commission européenne et de l'Insee, qui avaient indiqué toutes deux la semaine dernière tabler sur 6%. En revanche, la Banque de France prévoit une croissance légèrement inférieure, de 5,75% pour l'ensemble de l'année 2021. "L'emploi a résisté" en France, a affirmé le président, et si en 2020, la pandémie de Covid "a détruit près de 300.000 emplois depuis le début de l'année, nous avons déjà recréé 187.000 emplois ce seul mois de mai", a-t-il indiqué. "Nous avons atteint un nombre de contrats à durée indéterminée créés inédit, égalant notre record de 2006 dans tous les secteurs qui, comme la culture, l'hôtellerie, la restauration, le sport, le tourisme, ont le plus souffert", où les plans de soutien "ont permis d'empêcher les drames humains, les faillites et d'envisager une reprise sereine", a poursuivi M. Macron. "Nous restons pleinement mobilisés pour aider ceux qui ont subi la crise plus fortement que d'autres, les salariés travaillant dans les entreprises qui n'ont pas résisté, où les jeunes comme les indépendants qui, durant cette période sont malheureusement tombés dans la pauvreté", a-t-il assuré. (Belga)