À la mi-décembre, le ministre britannique de l'Enseignement, Gavin Williamson, avait annoncé que tous les élèves de l'école primaire en Angleterre seraient attendus sur leurs bancs à la rentrée le 4 janvier. Les élèves de l'enseignement secondaire et supérieur doivent, eux, rester chez eux un peu plus longtemps, afin de donner aux écoles la possibilité de mettre en place des programmes de dépistage massifs. La semaine dernière, il a soudainement été décidé que les écoles primaires de diverses régions de Londres et du sud-est de l'Angleterre seraient également fermées pendant un certain temps. Cette dernière décision s'est toutefois heurtée à l'incompréhension car, dans plusieurs endroits où la variante "britannique" du coronavirus, très contagieuse, se répand de manière incontrôlée, les enfants devaient retourner à l'école après les vacances de Noël. Les autorités locales ont même déclaré qu'elles soutiendraient les établissements qui décideraient d'eux-mêmes de rester portes closes. Après une réunion d'urgence du gouvernement britannique, le ministre Williamson a annoncé vendredi soir que toutes les écoles primaires de Londres resteraient finalement fermées pour le moment, au moins jusqu'au 18 janvier. Dans la foulée, des voix se sont immédiatement élevées pour que les écoles restent fermées dans toute l'Angleterre. "Ce qui est bon pour Londres serait bon pour le reste du pays", justifie Mary Bousted, la secrétaire générale d'un syndicat de l'enseignement, auprès de The Guardian et de la BBC. Au Royaume-Uni, plus de 50.000 nouvelles infections quotidiennes au coronavirus ont été diagnostiquées pendant quatre jours consécutifs. La nouvelle variante qui s'est implantée dans le pays est non seulement très contagieuse mais pourrait aussi être plus facilement transmise entre et par les enfants. (Belga)

À la mi-décembre, le ministre britannique de l'Enseignement, Gavin Williamson, avait annoncé que tous les élèves de l'école primaire en Angleterre seraient attendus sur leurs bancs à la rentrée le 4 janvier. Les élèves de l'enseignement secondaire et supérieur doivent, eux, rester chez eux un peu plus longtemps, afin de donner aux écoles la possibilité de mettre en place des programmes de dépistage massifs. La semaine dernière, il a soudainement été décidé que les écoles primaires de diverses régions de Londres et du sud-est de l'Angleterre seraient également fermées pendant un certain temps. Cette dernière décision s'est toutefois heurtée à l'incompréhension car, dans plusieurs endroits où la variante "britannique" du coronavirus, très contagieuse, se répand de manière incontrôlée, les enfants devaient retourner à l'école après les vacances de Noël. Les autorités locales ont même déclaré qu'elles soutiendraient les établissements qui décideraient d'eux-mêmes de rester portes closes. Après une réunion d'urgence du gouvernement britannique, le ministre Williamson a annoncé vendredi soir que toutes les écoles primaires de Londres resteraient finalement fermées pour le moment, au moins jusqu'au 18 janvier. Dans la foulée, des voix se sont immédiatement élevées pour que les écoles restent fermées dans toute l'Angleterre. "Ce qui est bon pour Londres serait bon pour le reste du pays", justifie Mary Bousted, la secrétaire générale d'un syndicat de l'enseignement, auprès de The Guardian et de la BBC. Au Royaume-Uni, plus de 50.000 nouvelles infections quotidiennes au coronavirus ont été diagnostiquées pendant quatre jours consécutifs. La nouvelle variante qui s'est implantée dans le pays est non seulement très contagieuse mais pourrait aussi être plus facilement transmise entre et par les enfants. (Belga)