Il subsiste de nombreuses incertitudes concernant l'évolution de la situation et au sujet de la santé des survivants du coronavirus, a reconnu la professeure. Cette dernière et ses collaborateurs ont établi plusieurs scénarios sur la base des chiffres de mortalité enregistrés en 2020 et de ceux relatifs au nouveau coronavirus. Actuellement 101.377 décès toutes causes confondues ont été dénombrés en Belgique cette année (jusqu'à la semaine 44 incluse) et environ 15.522 sont attribués au Covid-19. Dans le scénario le plus optimiste (S0), le nombre de décès lors du second semestre 2020 est identique au taux de 2019. Tandis que dans le pire scénario (S3), le nombre de décès durant la deuxième moitié de l'année est égal à celui enregistré lors la première moitié. Deux options intermédiaires ont été envisagées. Dans le scénario S1, la mortalité de la deuxième vague équivaut à 50% de celle de la première, dans le scénario S2, elle représente 75%. Selon les éléments IABE 2020 calibrés sur les données européennes de Human Mortality Database (HMD) et Eurostat pour la période 1988-2018 et les données belges de Statbel pour 2019, les garçons ont une espérance de vie à la naissance de 79,76 ans et les filles de 83,78. Les hommes de 65 ans quant à eux ont une espérance de vie de 18,80 ans contre 21,70 pour les femmes du même âge. Mais lorsque les scénarios s'assombrissent, l'espérance de vie baisse. Ainsi, dans le pire des cas (S3), les nouveaux-nés ont une espérance de vie de 78,77 ans pour les garçons et de 83,17 pour les filles. Les hommes de 65 ans ont une espérance de vie de 17,61 ans, près de trois de moins que les femmes du même âge, détaillent les projections de l'IABE. L'institut rappelle de manipuler celles-ci avec précaution en raison des nombreuses incertitudes. Plus de recherches seront nécessaires pour évaluer l'impact à long terme du Covid-19 sur la mortalité, conclut-il. (Belga)

Il subsiste de nombreuses incertitudes concernant l'évolution de la situation et au sujet de la santé des survivants du coronavirus, a reconnu la professeure. Cette dernière et ses collaborateurs ont établi plusieurs scénarios sur la base des chiffres de mortalité enregistrés en 2020 et de ceux relatifs au nouveau coronavirus. Actuellement 101.377 décès toutes causes confondues ont été dénombrés en Belgique cette année (jusqu'à la semaine 44 incluse) et environ 15.522 sont attribués au Covid-19. Dans le scénario le plus optimiste (S0), le nombre de décès lors du second semestre 2020 est identique au taux de 2019. Tandis que dans le pire scénario (S3), le nombre de décès durant la deuxième moitié de l'année est égal à celui enregistré lors la première moitié. Deux options intermédiaires ont été envisagées. Dans le scénario S1, la mortalité de la deuxième vague équivaut à 50% de celle de la première, dans le scénario S2, elle représente 75%. Selon les éléments IABE 2020 calibrés sur les données européennes de Human Mortality Database (HMD) et Eurostat pour la période 1988-2018 et les données belges de Statbel pour 2019, les garçons ont une espérance de vie à la naissance de 79,76 ans et les filles de 83,78. Les hommes de 65 ans quant à eux ont une espérance de vie de 18,80 ans contre 21,70 pour les femmes du même âge. Mais lorsque les scénarios s'assombrissent, l'espérance de vie baisse. Ainsi, dans le pire des cas (S3), les nouveaux-nés ont une espérance de vie de 78,77 ans pour les garçons et de 83,17 pour les filles. Les hommes de 65 ans ont une espérance de vie de 17,61 ans, près de trois de moins que les femmes du même âge, détaillent les projections de l'IABE. L'institut rappelle de manipuler celles-ci avec précaution en raison des nombreuses incertitudes. Plus de recherches seront nécessaires pour évaluer l'impact à long terme du Covid-19 sur la mortalité, conclut-il. (Belga)