Avec 600.425 morts au total, 615 sur la seule journée de vendredi, ce pays de 213 millions d'habitants déplore le deuxième pire bilan au monde après les Etats-Unis, qui ont dépassé la barre des 700.000 morts, avec une population 35% plus élevée. Les dernières données du ministère de la santé, considérées comme sous-estimées par les scientifiques, font par ailleurs état de 21,5 millions de cas de contamination au total, dont 18.172 lors des dernières 24 heures. "La situation s'est améliorée, mais il ne faut pas baisser la garde", a dit à l'AFP Margareth Dalcolmo, pneumologue et chercheuse à la Fiocruz, institut de référence en santé publique. Selon elle, on ne pourra dire que la pandémie est contrôlée que quand "environ 80% de la population sera totalement immunisée", ce qui est encore loin d'être le cas. À ce jour, 71,4% des Brésiliens ont reçu au moins une dose de vaccin, mais seulement 45,9% ont effectué le cycle vaccinal complet. Selon une étude publiée la semaine dernière par la Fiocruz, 11% des personnes ayant reçu une première dose sont en retard pour la deuxième, alors que les personnes âgées commencent à recevoir une troisième injection. La campagne d'immunisation a débuté à la fin janvier, plusieurs semaines après la plupart des pays européens, un retard attribué par les spécialistes à l'absence d'anticipation du gouvernement dans l'acquisition de doses. Mais la situation est bien meilleure qu'il y a trois mois, quand la vaccination patinait encore, et qu'environ 2.000 Brésiliens mouraient de Covid-19 chaque jour. La moyenne de décès quotidiens est passée sous les 1.000 à la fin juillet, avant de chuter progressivement en août pour se stabiliser autour de 500 dans le courant septembre. (Belga)

Avec 600.425 morts au total, 615 sur la seule journée de vendredi, ce pays de 213 millions d'habitants déplore le deuxième pire bilan au monde après les Etats-Unis, qui ont dépassé la barre des 700.000 morts, avec une population 35% plus élevée. Les dernières données du ministère de la santé, considérées comme sous-estimées par les scientifiques, font par ailleurs état de 21,5 millions de cas de contamination au total, dont 18.172 lors des dernières 24 heures. "La situation s'est améliorée, mais il ne faut pas baisser la garde", a dit à l'AFP Margareth Dalcolmo, pneumologue et chercheuse à la Fiocruz, institut de référence en santé publique. Selon elle, on ne pourra dire que la pandémie est contrôlée que quand "environ 80% de la population sera totalement immunisée", ce qui est encore loin d'être le cas. À ce jour, 71,4% des Brésiliens ont reçu au moins une dose de vaccin, mais seulement 45,9% ont effectué le cycle vaccinal complet. Selon une étude publiée la semaine dernière par la Fiocruz, 11% des personnes ayant reçu une première dose sont en retard pour la deuxième, alors que les personnes âgées commencent à recevoir une troisième injection. La campagne d'immunisation a débuté à la fin janvier, plusieurs semaines après la plupart des pays européens, un retard attribué par les spécialistes à l'absence d'anticipation du gouvernement dans l'acquisition de doses. Mais la situation est bien meilleure qu'il y a trois mois, quand la vaccination patinait encore, et qu'environ 2.000 Brésiliens mouraient de Covid-19 chaque jour. La moyenne de décès quotidiens est passée sous les 1.000 à la fin juillet, avant de chuter progressivement en août pour se stabiliser autour de 500 dans le courant septembre. (Belga)