L'autorité sanitaire régulatrice Anvisa a annoncé que ce vaccin, le 4e autorisé dans le pays, serait injecté aux groupes prioritaires au Brésil (personnes âgées, à comorbidités, populations indigènes etc). Brasilia avait déjà annoncé à la mi-mars la commande de 38 millions de doses du vaccin Janssen pour accélérer sa campagne de vaccination encore trop lente. Mais ces vaccins ne sont censés arriver qu'entre août et novembre. Le Brésil avait aussi annoncé à la même occasion la commande de 100 millions de doses de vaccin de Pfizer-BioNTech, autorisé de façon définitive dans le pays par l'Anvisa, mais qui ne devraient pas y arriver avant avril/mai, selon le ministère de la Santé. Au Brésil, le deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie, avec plus de 317.000 morts en un peu plus d'un an, la vaccination n'a commencé qu'à la mi-janvier, avec seulement le vaccin AstraZeneca d'une manière définitive et le CoronaVac du laboratoire chinois Sinovac, en urgence. (Belga)

L'autorité sanitaire régulatrice Anvisa a annoncé que ce vaccin, le 4e autorisé dans le pays, serait injecté aux groupes prioritaires au Brésil (personnes âgées, à comorbidités, populations indigènes etc). Brasilia avait déjà annoncé à la mi-mars la commande de 38 millions de doses du vaccin Janssen pour accélérer sa campagne de vaccination encore trop lente. Mais ces vaccins ne sont censés arriver qu'entre août et novembre. Le Brésil avait aussi annoncé à la même occasion la commande de 100 millions de doses de vaccin de Pfizer-BioNTech, autorisé de façon définitive dans le pays par l'Anvisa, mais qui ne devraient pas y arriver avant avril/mai, selon le ministère de la Santé. Au Brésil, le deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie, avec plus de 317.000 morts en un peu plus d'un an, la vaccination n'a commencé qu'à la mi-janvier, avec seulement le vaccin AstraZeneca d'une manière définitive et le CoronaVac du laboratoire chinois Sinovac, en urgence. (Belga)