Les adolescents issus d'une communauté reculée dans le Territoire du Nord avaient été placés en quarantaine car ils avaient été en contact rapproché avec des personnes contaminées au Covid-19. Les infrastructures de quarantaine d'Howard Spring jouent un rôle important dans la gestion de l'épidémie du nouveau coronavirus, alors qu'elles accueillent des personnes concernées par le plus important foyer épidémique déclaré dans le Territoire du Nord, dans la ville de Katherine, de même que les passagers des vols de rapatriement. Si bien que la fuite de trois résidents a provoqué un déploiement massif de la police pour les retrouver. Les adolescents de 15, 16 et 17 ans se sont échappés mercredi matin à l'aube en escaladant une clôture. Cependant la police estime que leur cavale ne présente qu'"un faible risque" pour la communauté. Lors d'une conférence de presse, les autorités locales ont reconnu être confrontées "à une cohorte compliquée avec des besoins complexes". "C'est la première fois que nous avons dû utiliser le centre pour un large nombre de personnes issues de communautés aborigènes, mais cela ne sera sans doute pas las dernière fois", a concédé le ministre en chef pour le Territoire du Nord Michael Gunner. Il a aussi admis que l'isolation en quarantaine "était très difficile pour certaines personnes habituées à être proches de leur famille et de leur communauté". Lundi, les autorités avaient confirmé qu'un trentenaire rapatrié depuis l'Afrique du Sud et en quarantaine à Howard Spring était infecté du variant Omicron du Sars-CoV-2. La nouvelle fuite de résidents de quarantaine survient deux jours après l'échappée d'un homme de 27 ans qui s'était ensuite rendu dans une discothèque de la ville. Il avait été testé négatif au virus par la suite. Aux Pays-Bas dimanche soir, un couple avait été arrêté après sa fuite d'un hôtel où des passagers positifs au Covid-19 avaient été mis en quarantaine. (Belga)

Les adolescents issus d'une communauté reculée dans le Territoire du Nord avaient été placés en quarantaine car ils avaient été en contact rapproché avec des personnes contaminées au Covid-19. Les infrastructures de quarantaine d'Howard Spring jouent un rôle important dans la gestion de l'épidémie du nouveau coronavirus, alors qu'elles accueillent des personnes concernées par le plus important foyer épidémique déclaré dans le Territoire du Nord, dans la ville de Katherine, de même que les passagers des vols de rapatriement. Si bien que la fuite de trois résidents a provoqué un déploiement massif de la police pour les retrouver. Les adolescents de 15, 16 et 17 ans se sont échappés mercredi matin à l'aube en escaladant une clôture. Cependant la police estime que leur cavale ne présente qu'"un faible risque" pour la communauté. Lors d'une conférence de presse, les autorités locales ont reconnu être confrontées "à une cohorte compliquée avec des besoins complexes". "C'est la première fois que nous avons dû utiliser le centre pour un large nombre de personnes issues de communautés aborigènes, mais cela ne sera sans doute pas las dernière fois", a concédé le ministre en chef pour le Territoire du Nord Michael Gunner. Il a aussi admis que l'isolation en quarantaine "était très difficile pour certaines personnes habituées à être proches de leur famille et de leur communauté". Lundi, les autorités avaient confirmé qu'un trentenaire rapatrié depuis l'Afrique du Sud et en quarantaine à Howard Spring était infecté du variant Omicron du Sars-CoV-2. La nouvelle fuite de résidents de quarantaine survient deux jours après l'échappée d'un homme de 27 ans qui s'était ensuite rendu dans une discothèque de la ville. Il avait été testé négatif au virus par la suite. Aux Pays-Bas dimanche soir, un couple avait été arrêté après sa fuite d'un hôtel où des passagers positifs au Covid-19 avaient été mis en quarantaine. (Belga)